vendredi 21 février 2020

Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn

Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn : Photo Margot Robbie

BIRDS OF PREY ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN 

CATHY YAN - NOTE : 3,5/5



Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn : AfficheSortie : 5 février 2020

Action, Aventure, DC Comics

Avec Margot Robbie, Mary Elizabeth Winstead, Jurnee Smollett-Bell

Interdit aux moins de 12 ans
"Vous connaissez l'histoire du flic, de l'oiseau chanteur, de la cinglée et de la princesse mafieuse ?
BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE D'HARLEY QUINN) est une histoire déjantée racontée par Harley en personne – d'une manière dont elle seule a le secret. Lorsque Roman Sionis, l'ennemi le plus abominable – et le plus narcissique – de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s'en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, de la Chasseuse, de Black Canary et de Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n'a d'autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman…"




Pour une fois, je n'ai pas placé la barre trop haute avant d'aller voir ce film (contrairement à Suicide Squad qui est sympa, mais loin de l'ambiance sombre que j'attendais). J'étais persuadée que le scénario de Birds of Prey ne volerait pas très haut (ha,ha) et que j'allais vite regretter ma place de cinéma. Après tout, les bandes annonces n'étaient pas très encourageantes et ont même desservis ce film, à mon avis. A en croire les premières images, j'imaginais Harley Quinn - accompagnée d'une nouvelle bande exclusivement composée de femmes - qui se contenterait de jouer les méchantes à la masse sous prétexte que le Joker l'ait larguée. D'accord, le début démarre un peu comme ça, mais il n'empêche que ce spin-off a réussi à me surprendre.

Si j'ai quand même aimé le Joker incarné par Jared Leto (Heath Ledger était génial, oui, mais il ne représente qu'une facette de la personnalité de ce personnage), j'étais curieuse de découvrir comment notre chère Harley allait survivre à leur séparation. Naturellement, ce film met en avant le féminisme, chose qui me gonfle un peu en ce moment tant ça manque de subtilité. La jeune femme s'émancipe et décide de tourner la page "Monsieur J". Elle veut survivre seule, ouvrir sa propre affaire et surtout, se faire discrète depuis qu'elle ne bénéfice plus de la protection de son ex. Heureusement, si on ressent bien l'effet "girl power" dans certaines scènes, cela reste quand même assez léger. L'humour est privilégié, on évite le cliché de l’héroïne méga forte, méga cool, sans défaut. Et puis, Margot Robbie est parfaite dans ce rôle ! J'ai beaucoup aimé les autres personnages, en commençant par Dinah/Black Canary, dure et sensible à la fois. Si parfois, quelques blagues plombent le côté dramatique de certaines révélations sur le passé de nos héroïnes, je me suis quand même attachée à chacune d'entre elles. Notamment la fillette chapardeuse, drôle et chiante à la fois. 
Et puis Ewan McGregor donne l'air de s'éclater dans son rôle de Black Mask ! Ce n'est pas le méchant le plus original que j'ai vu, mais il colle au reste du film : il est taré et sadique. A comparer de Suicide Squad, soft dans l'ensemble, Birds Of Prey est plus violent. On plonge dans les bas-fonds de Gotham, certaines scènes ne s'adressant pas aux plus jeunes. Le film est bourré d'action - trop diraient certains, mais on va pas se mentir, le scénario est assez léger. Les combats et rebondissements rythment donc ce spin-off. Et même si l'histoire n'est pas révolutionnaire, elle est moins prévisible que je me l'étais imaginée.

Certes, si vous recherchez une ambiance sombre et des personnages très approfondis, pas sûr que ce film comble vos attentes. Non, Birds Of Prey c'est un juste divertissement pas prise de tête (avec une bonne bande-son). Harley Quinn est totalement déjantée et touchante. J'ai adoré être dans sa tête (attention, comme elle n'est pas très éclairée notre jolie blonde, il lui arrive de se mélanger les pinceaux, ce qui entraîne quelques retours dans le passé. Faut suivre, quoi) et la suivre dans ses aventures complètement folles ! Enfin, je vous conseille de ne pas vous fier aux critiques et de vous faire votre propre avis. Ce n'est pas LE film de l'année, mais il reste très sympa à regarder. 

Lucille
Chroniqueuse

Aucun commentaire:

Publier un commentaire