dimanche 14 juillet 2019

L'Ecole du Futur

L'ECOLE DU FUTUR - COLLECTIF #1 - NOTE : 4/5

Résultat de recherche d'images pour "L'ECOLE DU FUTUR ditions Marathon"Editions Marathon

Science Fiction

ISBN : B07TWST5QH 

Prix : 3€90

"Ce recueil présente les nouvelles lauréates d’un concours organisé conjointement par Marathon Éditions et la blogueuse Virginie Wicke, de Beltane (lit en) Secret. 
Parce qu’elles considèrent toutes les deux que l’éducation est la fondation de l’avenir, elles ont retenu le thème : L’École du Futur. 
Et parce qu’elles déplorent que l’égalité des chances soit malheureusement toujours une cruelle utopie, les droits d’auteurs seront reversés à l’association Apprentis d’Auteuil qui œuvre depuis 1866 à améliorer l’accès à l’éducation et à la formation des plus démunis."


Nous nous retrouvons pour traiter un recueil de nouvelles L’École du Futur. Pour essayer de vous faire un retour des plus fiables sur cet ensemble de textes, j’ai d’abord analysé chacune des nouvelles indépendamment des autres. Je vais, dans cette chronique, vous faire une sorte de synthèse de mes ressentis généraux qui ressortent après la lecture de tous ces textes, et ensuite en quelques mots parler des histoires singulièrement avec un peu plus de détails.

Tout d’abord, il faut savoir que malgré le thème commun, les nouvelles sont toutes plus différentes les unes que les autres. Il y a tout de même les leitmotivs du robot et de l’IA qui reviennent fréquemment.
Dans l’ensemble, il m’a été assez dur de constater une tel dépendance de l’homme à ces nouvelles technologies.
Ensuite, en ce qui concerne la forme, les auteurs ont tous adoptés des points de vues et des focalisations différentes, il y en a même un qui a adopté un format épistolaire. Tant d’initiatives qui sont un plaisir pour les yeux.
Au niveau des personnages, malgré l’exercice compliqué de la nouvelle, la plupart sont très bien développés, on arrive à s’attacher dans les peu de lignes que l’on partage avec eux.
Dans l’ensemble, les auteurs sont originaux et ont une très belle plume ce qui enchante la lecture.

Voici à présent quelques mots pour chacune des nouvelles (attention, possible spoilers) :

Pour Neurotoxicité du bouquinage, j’ai trouvé assez effrayant de voir ce que pouvait devenir le monde. Imaginer que les livres disparaissent et peuvent être des armes est assez dur.
Une nouvelle à l’ancienne m’a montré l’importance de garder une certaine distance avec la technologie. Cela fait assez peur de voir que les personnages ont même perdu les savoirs vitaux.
Pour la nouvelle Dans la chaleur de l’érable, l’homme fait preuve d’une cruauté inhumaine ce qui est vraiment horrible à imaginer et malheureusement possible.
Dans La clef du bonheur, j’ai trouvé intéressant que les personnages se rendent compte qu’ils sont allés trop loin et qu’il faut reprendre d’anciennes habitudes notamment dans l’apprentissage mais quelle ne fut pas ma déception en me rendant compte qu’en fait l’humain c’était déjà détruit et n’a pas su se sauver.
Pour Un drôle de Fenix, je n’ai pas tout compris mais je pense tout de même avoir compris le plus important sur le destin de notre planète.
Dans Mon père ce héros, j’ai trouvé l’histoire très triste même si elle finit bien. Cette nouvelle est vraiment très différente des autres, c’est d’ailleurs elle qui fonctionne comme un roman épistolaire.
L’appel est aussi une nouvelle différente. J’ai trouvé très original et sympathique le système de Bulle.
Pour Isaac, j’ai compris dès le début l’identité du garçon, et même si je ne cautionne par le harcèlement scolaire, je me demande comment j’aurai pu réagir face à sa condition. Je pense que j’aurai voulu être son amie malgré tout et si ce n’est pas le cas, je ne lui aurai quand même pas fait de mal.
Pour Perdu dans le futur, je trouve que si l’Histoire devait se passer ainsi, et bien cela serait bien triste, nous perdrions tellement de belle chose.
En ce qui concerne L’évasion, je l’ai trouvé très violente. Certes, je suis une âme sensible mais le contexte de cette histoire ne devrai jamais exister. Nous avons tous les jours affaire à de la violence mais normalement, le futur est censé ne pas reproduire les erreurs passés, alors j’espère que pour notre avenir ça le sera.
Pour Erreur de téléchargement, j’en retiens qu’il ne faut pas entièrement se fier aux nouvelles technologies et garder du concret.
Dans Hors de la bulle, je trouve que la morale véhiculée sur l’amour et l’entraide est un beau message.
Dans la nouvelle La vie bascule, j’ai trouvé le concept très amusant, ce que j’ai bien aimé.
Pour Quelques touches de couleurs, j’en retiens que les changements sont de bonne chose mais qu’il ne faut pas les pousser à l’excès.
Enfin, dans La pépinière, je n’avais vraiment pas vu venir la fin. Je me dis aussi que vivre sous terre ne dois pas toujours être agréable même si l’air y est plus respirable.

Pour finir, je tiens à remercier Marathon Éditions pour leur confiance en me proposant ce service presse très révélateur.

Olivia, Chroniqueuse.


2 commentaires: