lundi 17 septembre 2018

Devenir une autre


DEVENIR UNE AUTRE – CHRISTEL LACASSIN-DARRE –


Résultat de recherche d'images pour "devenir une autre christelle lacassin dane"Atramenta

Témoignage

ISBN : 9789523401433

Prix : 12€

"Je me pose de nombreuses questions, trop certainement, au sujet du regard des autres. Te croient-ils réellement malade alors que tu parais en bonne santé physiquement, que tu affiches une bonne mine alors que tu es piégée dans un corps malade ? Confrontée à la bienveillance de certains, je suis étonnée et désorientée. Confrontée à l’indifférence des autres, je suis perturbée. Je ne dis mot sur mes maux, car j’ai l’impression d’être jugée malade imaginaire. Je n’ai pas l’impression de me plaindre pour attirer la compassion des gens, au contraire. Parfois, j’ai juste besoin de m’exprimer pour aller mieux. Chaque jour pour moi est un combat. J’apprends à vivre avec la douleur et la fatigue. Il y a des jours avec et des jours sans. Quand je me lève certains matins, je tiens la journée en mode zombie. Je me maquille alors pour cacher ma blancheur et mes cernes, mais je n’ai pas de maquillage miracle qui tient toute une journée ou qui cache vraiment tout. Dommage ! De nouveau blanche comme un cachet d’aspirine et mes cernes sous les yeux, je ressemble de plus en plus à Morticia de la famille Adams. Mon endométriose, mes diverticules ridicules, mes discopathies et tout le reste, je leur tourne le dos. Oubliez-moi douleurs !

Je souhaite sortir de l’ombre certaines maladies invisibles et invalidantes y compris les souffrances qui en découlent et faire bouger les mentalités en vous présentant quatre autres témoignages de femmes atteintes d’endométriose, ainsi que d’autres témoignages (épilepsie, leucémie aiguë lymphoblastique, sclérose en plaques, fibromyalgie, troubles digestifs, troubles musculo-squelettiques). Nous sommes tous différents et nous ne vivons pas de la même manière la maladie, la douleur et les aléas de la vie qui s’y rajoutent."




Le 14 et 15 septembre dernier, j’étais en dédicace au Salon du Livre à Albi. Et j’ai donc eu  l’occasion de rencontrer l’auteur de ce livre, également en dédicace, et avec qui j’ai pu discuter. Fan de romans, je n’avais jamais encore lu un recueil de témoignages, mais le titre m’a rapidement intrigué ainsi que le résumé, qui me rappelait ce que moi-même je ressentais depuis des années…


Par le biais de plusieurs témoignages, et principalement sa propre expérience, Christel nous raconte son parcours : vivre avec la maladie, subir différents traitements et certains examens très douloureux, accepter d’être malade et de devoir imposer son état à sa famille, être jugée par les médecins, les gens…

J’ai été très touchée par ce témoignage, qui m’a fait me sentir moins seule, même si je suis loin d’avoir endurée tout ce qu’a subi cette auteur et maman. Elle se livre à nous, partageant ses peines, ses déceptions, ses moments de déprime mais aussi son besoin de renouveau, de s’en sortir et d’aider, par le biais de ce livre, à faire évoluer les mentalités. A prendre conscience que même si certaines maladies ne sont pas visibles au premier coup d’œil, cela ne veut pas dire qu’elles n’engendrent pas d’horrible souffrances. L’endométriose est une maladie que je connaissais mal moi aussi, et maintenant que j’en ai découvert les symptômes (terribles), les traitements (peu concluants), je réalise à quel point les femmes atteintes doivent vivre un véritable calvaire. Et le pire dans tout ça, c’est d’être ignorée, ou considérée comme une folle, une malade imaginaire… J’étais loin de me douter en rencontrant cette auteur qu’elle avait dû faire face en tant d’épreuves ; comme quoi, un sourire chaleureux peut cacher beaucoup de choses.

En plus du témoignage de Christel, d’autres personnes se sont confiées aussi sur leur maladie : endométriose, fibromyalgie, épilepsie, etc. Leurs récits m’ont permis de prendre conscience que l’on est nombreux à souffrir (presque) en silence, en attendant des solutions que personne ne peut nous donner pour le moment.

Un recueil de témoignages poignant, qui j’espère permettra de mieux faire connaître ses maladies aux gens, et aux médecins qui sont parfois très durs dans leur propos.

Et pour terminer cette chronique, je tenais à citer un extrait qui prouve une fois de plus à quel point on ne réalise pas sa chance quand on est en bonne santé :

« […] je n’arriverai jamais à comprendre pourquoi des gens se plaignent pour des petits bobos, des petits tracas de la vie quotidienne… Qu’est-ce que ça leur apporte de plus ? Ils croient sûrement êtres les seuls à souffrir, les seuls à êtres malheureux… […] Qu’ils comparent leur petit malheur à la souffrance ou à la douleur des personnes autour d’eux. […]Il faut regarder le positif. Aujourd’hui ça ne va pas, ce n’est pas grave, ça ira mieux demain. Je me suis fait mal, ça aurait pu être pire. Dans la vie, je relativise beaucoup sur les épreuves de la vie, les petits tracas du quotidien. Dans toutes les épreuves, il faut toujours voir le côté positif pour nous permettre d’avancer. »
Lucille,
Chroniqueuse



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire