mercredi 29 août 2018

A Silent One

Résultat de recherche d'images pour "a silent voice"

A SILENT ONE - NAOKO YAMADA -



Silent VoiceSortie : 22 août 2018


Animation, Drame, Romance


"Nishimiya est une élève douce et attentionnée. Chaque jour, pourtant, elle est harcelée par Ishida, car elle est sourde. Dénoncé pour son comportement, le garçon est à son tour mis à l'écart et rejeté par ses camarades. Des années plus tard, il apprend la langue des signes... et part à la recherche de la jeune fille. "








A Silent One est à l’origine un manga écrit par OimaYoshitoki entre 2013 et 2014. Il y a 7 tomes publiés par Ki-oon. Il sort au cinéma au Japon le 17 Septembre 2016. C’est à cette période que j’ai vu ce film pour la première fois. Film qui a d'ailleurs plusieurs noms alternatifs. On le retrouve aussi sous son nom japonais : Koe No Katachi ou sous son nom anglais The Shape of Voice. 

En France, il est sorti le 22 Août 2018 et est encore dans certaines salles (renseignez-vous et allez le voir !). Il est licencié par Kaze et distribué par Art House. 

Pour information : dans la version VF, Nishimiya Shôko est doublée par Mélanie Lemaistre, plus connue son pseudonyme Melanie Deaf, une youtubeuse sourde.


L’histoire tourne essentiellement autour de nos deux personnages principaux, que je vous présente en quelques lignes : 

IshidaShôya est le héros de cette histoire. Petit, c’était un gamin insupportable qui aimait attirer l’attention, mais n’avait pas de limite. Il se laissait entraîner par le groupe du moment que les autres lui prêtaient de l’attention. Grand, il est seul et dépressif. Il pense au suicide et à ce qu’il pourrait faire pour réparer ses erreurs. Il est assez clairvoyant sur sa propre situation et sur les gens qui gravitent autour de lui. Dans le fond, c’est quelqu’un de très gentil qui aime aider les autres. 

NishimiyaShôko est l’héroïne de cette histoire. Elle est sourde, ou tout du moins malentendante à un très grand niveau. Elle utilise des appareils auditifs pour tenter d’entendre ce qu’il se passe autour d’elle, mais cela ne l’aide pas beaucoup. Elle est vraiment très gentille et cherche à connaître les autres, mais est un peu maladroite. Elle s’excuse souvent et pense être un poids pour les autres. Ce personnage est vraiment l’incarnation de la gentillesse. Elle s’inquiète pour tout le monde et essaie de ne pas causer de problème. C’est vraiment un personnage que j’aime beaucoup. 

NishimiyaYuzuru est la soeur de Nishimiya. Tout le monde la prend pour un garçon, surtout qu’elle se présente comme son petit ami. Elle est très protectrice avec sa soeur. Elle a une personnalité plutôt tsundere, mais c’est quelqu’un de très gentil et très serviable. Elle a pour hobby de prendre des photos d’animaux décédés et ne va plus à l’école. C’est elle aussi un personnage que j’apprécie beaucoup. 

IshidaMiyako est la mère de Shôya. C’est un femme toujours de bonne humeure qui s’occupe seule de son fils et de sa petite fille. Elle est coiffeuse et n’a pas beaucoup d’argent, mais elle fait tout ce qu’elle peut pour rendre les siens heureux. C’est une femme très sympathique et très attachante. 

UenoNaoka est une amie d’enfance de Shôya et Shôko. C’est une fille froide et directe. Elle déteste Shôko et n’hésite pas à le lui dire. Bornée, elle est pourtant très attaché à Shôya, même si celui-ci à toujours beaucoup d’appréhension à l'emmener avec lui. 

KawaiMiki est une fille qui montre un visage d’une parfaite gentillesse en toute circonstance. Douce, elle est en faite bien plus calculatrice qu’UenoNaoka et s’arrange pour passer en permanence pour la victime. 

Sahara Miyoko est la première amie qu’a euShôko. C’est une fille très gentille, mais elle manque un peu de conviction et de confiance en elle. 

NagatsukaTomohiro est le seul et unique ami de Shôya. C’est un garçon plein d’énergie amicale qui vit sans trop se poser de question et fera tout pour son ami. Il est très protecteur et cherche par tous les moyens à aider Shôya. 

Voilà ! Il y a d’autres personnages, mais je vous laisse la surprise. Ils sont tous très profonds et possèdent une façon de penser très indépendante les uns des autres. C’est vraiment du très bon travail.

En ce qui concerne le scénario, Shôya est en dernière année d’école primaire. Il s’ennuie terriblement et cherche toujours à faire le pitre. Mais un jour, Shôko arrive. Seulement, elle est sourde et a beaucoup de mal à communiquer avec ceux qui l’entourent. Alors que tout le monde essaie au début de se rapprocher, la différence créait très vite de la distance et certains commencent à se moquer d’elle, Shôya le premier. Au début, rien de plus que quelques railleries, mais la violence du garçon va augmenter petit à petit… Comment réagira la jeune Shôko ? Shôya reviendra-t-il dans le droit chemin ? 

Plusieurs années plus tard, nous retrouvons Shôya. Il est seul et détesté de tous ses camarades. Il travail dur pour gagner de l’argent. Il vend ses affaires et rembourse sa mère de la somme qu’elle a payé plusieurs années plus tôt pour réparer son comportement envers Shôko. Entre temps, il a appris la langue des signes et à lire sur les lèvres, tout ça dans le seul but de retrouver Shôko pour s’excuser convenablement de tout ce qu’il lui a fait. Mais celle-ci à une vision des choses bien différente. Shôya réussira-t-il à affronter son passé ? Deviendra-t-il l’ami de celle qu’il a martyrisé quand il était petit ? Quelles sont donc leurs véritables sentiments ? 

Le scénario et la façon dont il est présenté est vraiment très intéressant. C’est un formidable message qui passe là et qui m’a vraiment ému la première fois que je l’ai vu. Honnêtement, le message de ce film est si fort qu’il devrait être montré dans les écoles. Il aborde des sujets crus, tels que la différence du handicap et le suicide, mais il le fait avec une finesse et une intelligence vraiment remarquable.


Au niveau du graphisme, même pour son année, ce film est très bon. Il est précis et utilise à son plein potentiel son cadre : la ville d’Ōgaki dans la préfecture de Gifu. Le design de nos personnages est très bien choisi et rajoute un peu de piment à cette histoire. Les OST sont bien choisis, même s’ils ne sont pas au niveau de Your Name. La façon dont les scènes sont amenées est incroyable et nous en met vraiment plein la vue. Le niveau général est vraiment excellent et participe dans la magie cérébrale de ce film. 

Détail que je souhaitais aborder : le doublage VF. Souvent critiqué par beaucoup, cet aspect fait toujours un peu polémique, à mon grand damne. En France, nous arrivons à un problème supplémentaire, car si les Seiyuu ne manquent pas au Japon, ils sont une marchandise rare en France. Donc on retrouve souvent les mêmes voix et on a toujours le risque de les associer aux personnages qu’ils ont doublés plus tôt… C’est un peu le reproche qu’on peut faire à la version VF, même si elle est d’une très bonne qualité, malgré quelques problèmes de retranscription dus à la différence entre les langues. Dernier élément qu’il faut aborder : le doublage de Nishimiya Shôko par MelanieDeaf. Le doublage est un travail difficile à faire, qui, à l’instar du jeu d’acteur, demande beaucoup d’adaptation et la possibilité d’intégrer la peau du personnage. Quand on sait que c’est déjà dur pour quelqu’un qui possède tous les éléments, on imagine à quel point ça doit être difficile pour quelqu’un de sourd. Pourtant, même si c’était un exercice très difficile, Melanie Deaf s’en est plutôt bien sortie, malgré quelques petites “fautes de jeu” qu’on ne peut que lui pardonner devant la prestation globale qu’elle nous a offerte. 

Enfin, je ne peux faire qu’un clin d’œil à la chanson utilisée pour l’opening : My Generation du mythique groupe de rock The Who, sorti en 1965.

Les points noirs ? Plus que des points noirs, je parlerais plutôt de regrets. 

Malgré un bon niveau de la VF, le beau-frère de Shôya est doublé avec un accent mexicano-sudiste vraiment ridicule, il faut bien le dire… Heureusement qu’il n’a qu’une seule réplique. 

Ensuite, je trouve vraiment dommage qu’il n’y ait pas d’OST vraiment marquant dans ce film. 

Enfin, ce film a eu beaucoup de mal à s’exporter en France, sans doute à cause de son thème dure. S’il aborde des sujets peut être un peu trop pointus pour les plus jeunes spectateurs, je pense qu’il est parfaitement accessible à un jeune collégien et qu’il n’a été boudé que par la peur des critiques de voir arriver un film trop profond pour la population, venue voir un standard américain simpliste et sans message, ni grand intérêt. Bon, même s’il est totalement exact que j’exagère un peu, il n'empêche qu’il est probable que la difficulté avec laquelle il est arrivé en France est sans aucun doute lié à son thème dur et profond. 

J’ai vraiment adoré ce film. A Silent Voice, que ce soit en VF ou en Vostfr est un des meilleurs films que j’ai vu. Il est très accessible et je vous conseille vraiment d’aller le voir au cinéma tant qu’il y est encore. Il plaira sans aucun problème à tout le monde.


Inconnu Day,
Chroniqueur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire