samedi 14 juillet 2018

L'Espion de la Reine

L'ESPION DE LA REINE - DORIAN LAKE - NOTE : 4/5


Editions Noir d'Absinthe

Historique, Érotique

ISBN : 978-2-490417-08-7

Parution : 14 Juillet 2018
"Versailles, 1776.
Lucien est Garde-du-corps du Roi, prestigieux office qu’il doit à la bienveillance de la royale épouse. Lorsque cette dernière lui demande d’intriguer contre la duchesse d’Aiguillon, il n’a guère d’autre choix que d’accepter. La mission prend rapidement de l’envergure lorsque des espions anglais s’immiscent dans la manœuvre…

Un roman érotique où intrigues de Cour, espionnage, jeux de séduction et duels au sabre se succèdent dans une danse impitoyable."


En tout premier, je tiens à remercier les Éditions Noir d’Absinthe pour leur confiance. La couverture de ce roman est à l’image de la maison d’édition, (très) belle et sombre, et c’est ce qui retient à chaque fois mon attention. Cela dit, en découvrant que ce livre appartenait à la collection « érotique », j’ai un peu tiqué. En général, je lis très peu d’érotisme, souvent parce que j’en suis déçue : quand les scènes de sexe prennent le dessus sur toute l’histoire, cela retient rarement mon attention. Alors, qu’en est-il pour cette nouvelle découverte ?


J’allais dire « commençons par l’histoire » mais je crains de spoiler. Du coup, je pense que je ne vais pas rajouter plus de détails que n’en fournit le résumé, et vous donnez directement mon avis sur les personnages, l’intrigue de base et la plume de l’auteur.

C’est (presque) la première fois que je lis un roman où le personnage principal joue plusieurs rôles. Il porte différent noms, en effet, mais aussi… Ah ! C’est compliqué de ne pas trop en révéler. Lucien est Garde-du-corps du Roi, mais aussi l’espion de la Reine : il vit pour la servir, lui obéir et l’aime malgré les mauvais traitements qu’elle lui inflige parfois. C’est peut-être la relation que j’ai le moins apprécié dans ce roman, et ce non pas parce que l’auteur s’est loupé, mais tout simplement car elle est complexe, et dévastatrice. Celle concernant Lucien et la Duchesse de Polignac, Gabrielle, est tout aussi  destructrice, mais plus passionnelle. J’ai beaucoup aimé ce ‘jeu’ qui les unit, ce désir, cette colère, qui fait que l’on est curieux de savoir comment ils vont évoluer. Quant à la dernière, avec la jeune fille… Je dirais qu’elle est triste et m’a touché. En effet, si vous recherchez une romance érotique, on en est très éloigné ici.

Les personnages vivent à Versailles, au milieu des complots, des dérives, de la violence (et euh la saleté aussi) où tout repose sur les alliances, les coups bas et l’avenir de Sa Majesté. Et Lucien y consacre toute son existence, quitte à devoir souvent, donner de sa personne. Je pense que ce personnage est le plus intriguant que j’ai découvert, et je l’ai adoré. L’auteur a vraiment fait fort, il m’a bluffé et c’est peut-être pour ça que j’ai fini aussi vite ce roman. Quelque part, même si la vie de Lucien est loin d’être enviable, j’ai beaucoup apprécié sa relation avec chaque personnage. Comme un caméléon, il s’adapte au désir de chacun en fonction du rôle qu’il doit jouer. En plus de ça, l’auteur a réussi à créer une ambiance particulière, un peu perverse et dangereuse, et quand on quitte ce roman, on met quelques instants à revenir à la réalité, si je peux dire. 

Action, suspense, combat en duel, tout est bien dosé, bien orchestré pour que le lecteur ne puisse pas décrocher. Mais alors, quand est-il pour l’érotisme ? En fait, je pense que cela a son importance, dans le sens où cela définit aussi la personnalité de Lucien. Dans ce roman, le côté érotique complète l’intrigue et ne donne pas l’impression d’être en trop, ou de ne servir qu’à attiser la curiosité du lecteur. Comme je le disais plus haut, pas de romance ici, c’est brutal, sensuel, et parfois même un peu dérangeant, mais pas dans le mauvais sens. Lucien est prêt à tout pour sa Reine et une fois encore, on découvre à quel point ce personnage se modifie, s’adapte et… Pour ne pas spoiler, j’ai aimé les deux personnages qu’il interprète, j’ai adoré cet échange entre les deux, cette facilité qu’à l’auteur de bien les démarquer  l’un de l’autre. Le tout dans un côté historique plein de mystère (et très bien décrit), de décadence ; bref, une réussite. Comme toujours, la plume fluide de l’auteur nous emporte dans son histoire, et je dois dire que je me suis surprise moi-même à terminer aussi rapidement cette lecture. Le final est poignant, mais en même temps, je m’y attendais un peu. Là encore, je ne vous en dis pas plus !

Pour finir, je dois vous avouer que je partais dans l’idée que je n’aimerais pas ce roman autant que les autres du même auteur. Eh bien, je me suis trompée, et de loin ! Si vous aimez l’historique associé à l’érotisme, je vous conseille vivement ce roman.

Lucille
Chroniqueuse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire