vendredi 13 avril 2018

Afro Samuraï




AFRO SAMURAI - TAKASHI OKAZAKI - NOTE : 3,5/5


Genre : Seinen

Studio : Gonzo



Aujourd’hui on parle d’un Seinen pas comme les autres : Afro Samuraï !

La petite histoire :            

    Pour commencer, Afro Samurai est à la base un manga en deux tomes sortit respectivement en 1999 et en 2000 et écrit par Takashi Okazaki. Chose étonnante, il faudra attendre 2007 pour que la production de l’animé  et du film (en 2009) commencent. Pour une des premières fois (tout du moins à ma connaissance), les doubleurs sont presque tous américains, ce qui en fait une production américano-japonaise ! Il en est de même pour les OST qui sont réalisés par RZA du groupe de rap new-yorkais Wu-Tang Clan. Le mélange américain/japonais a si bien fonctionné que le film est sorti un mois plus tôt aux USA, un comble pour un studio japonais ! Un jeu est également sorti en 2009 sur PS3 et X-BOX360. Un second volet est sorti en 2015, mais il n’a pas eu beaucoup de succès.


Concept :

    Le concept de cette série courte est assez simple en soit. Dans un monde mêlant Science Fiction, Steampunk et post-apocalypse, il existe deux bandeaux. Le bandeau numéro 1 projette son possesseur au rang de dieux. Selon la légende, il donnerait l’immortalité. Le bandeau numéro 2, lui, n’a qu’une seule fonction : permettre l’affrontement avec le numéro 1. Évidemment, seul celui qui possède ce bandeau peut affronter le numéro 1 pour tenter de lui ravir sa place de dieux !

Personnage :

    Il y a un personnage central dans cette histoire : Afro Samuraï. C’est un homme grand et fin à la peau noir et à la résistance surprenante. Il possède un attribut capillaire mythique : une coupe afro digne de Jimi Hendrix ! Il se bat avec un nodachi qui appartenait à son père. Il parle très peu, mais agit vite et bien pour obtenir ce qu’il cherche. Je ne m’étends pas sur son histoire, mais j’y reviendrais plus tard.
    A côté de notre charismatique héros, se dresse un personnage pour le moins singulier qu’on nommera Ninja Ninja (il n’a pas vraiment de nom dans la série). C’est un ninja (surprenant, je sais) que je soupçonne créé de toute pièce par l’imagination d’afro. Il est lui particulièrement bavard et guide afro dans sa quête. Il apporte à lui seul tout le comique et la très grande majorité des répliques de l’animé.
    Il y a un certains nombres de personnages dans cet animé, comme les 6 frères ou Kuma, mais même s’ils sont bien construit, très peu survivent assez longtemps pour connaitre la fin de l’histoire.

Scénario :

    L’histoire commence quand Afro a à peine 10 ans. Son père portait alors le bandeau n°1. Mais il se fait tuer devant ses yeux. Afro décide alors de retrouver le bandeau n°2 et d’aller tuer le nouveau n°1 pour venger son père, seul et unique personne pour qui il a véritablement de l’amour. Dans le présent, Afro à une petite vingtaine d’années et possède le bandeau n°2. Il est attaqué par toute la vermine qui prolifère tout en se dirigeant vers le n°1 pour le tuer. Au fur et à mesure de son avance, le scénario nous en apprend plus sur la vie d’Afro, qui est loin d’être un long fleuve tranquille. Tout se base sur le fleuve de sang créé par les deux bandeaux.
    Pour ce qui est du film, l’histoire se passe environ 10 ans plus tard. Alors qu’Afro est devenu n°1, il tente vainement de dissoudre ses péchés. Mais une jeune fille, qui n’est autre que la soeur d’un de ses amis qu’il considérait comme son frère, fait son apparition et décide de la faire souffrir comme elle a souffert. Humilié, Afro décide de recommencer sa quête du bandeau n°2 pour affronter la nouvelle n°1 qui a pour objectif de salir l’honneur du père d’Afro.
    Ici, le scénario tourne plus autour des actes d’Afro, dont il prend conscience et qu’il devra accepter.

Graphisme :

    C’est un des très gros point fort de l’animé ! Si l’animé est très court (5 épisodes), les graphismes sont très certainement inspiré par Samurai Champloo, sorti 5 ans plus tôt, notamment pour ce qui est du côté rap/hip-hop. Les combats sont très nombreux et très bien réalisés, proposant des points de vue inhabituels transmettant à merveille l’énergie de l’action. C’est un très bonne performance qui place cet animé à part dans le monde ultra-codifié de l’animation.

Point noir :

    Si cette ambiance américanisée fait sa force à Afro Samuraï, elle est aussi sa plus grande faiblesse. En effet, en plus de s’adresser aussi bien scéniquement que graphiquement à un public mature et donc restreint, la collaboration des américains peut déplaire aux plus nationalistes et le peu d’épisodes rebuter les plus traditionalistes. De plus, le bouleversement des codes peut être dur à suivre pour les non-initiés ce qui en fait un animé au public finalement beaucoup trop restreint.

Conclusion :

    Personnellement, j’ai beaucoup aimé cet animé ! Il présente des combats à la hauteur des plus grands Seinen et appose sa marque là où beaucoup préfère rentrer dans l’empreinte laissé par les plus grands. Je le conseille particulièrement aux fans de Seinen qui n’ont pas peur de l’originalité et à ceux qui ont aimé Samurai Champloo.




Votre Chroniqueur :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire