samedi 24 mars 2018

D. Gray-Man





D.GRAY-MAN - KATSURA HOSHINO - 3,5/5

Genre : Shonen

Studio : TMS Entertainment 



Aujourd’hui on parle d’un des grands de l’animation japonaise : D.Gray-man !

Avant de commencer, je tiens à parler d’un détail important qui explique sans doute le peu d’avis écrit sur ce genre de série. Cet animé possède 103 épisodes et il est difficile, voir impossible de maintenir le public dans un suspense constant sur autant d’épisode. Il n’est donc pas rare de faire des pauses plus ou moins longue, ce qui influe grandement sur le point de vue que l’on a de l’animé, notamment au niveau mnémonique. Bref, tout ça pour vous dire que si certains éléments ne sont pas concordants ou expliqués très brièvement, il faut nous pardonner ! ^^”

La petite histoire :

    D.Gray-man est un manga écrit par la mangaka Katsura Hoshino (Allez voir sa photo, vous ne serez pas déçu !). Il suit ses deux précédents mangas qui sont aujourd’hui complètements oubliés à cause du manque de succès ! Mais avec D.Gray-man, c’est une autre histoire ! Le tome 1 sort en 2004 et est toujours en cours depuis malgré une interruption pendant 3 ans entre 2012 et 2015 à cause de problème de santé de l’auteur. L’animé est sortie en 2006 et s’est terminé en 2008. Un second animé est sortie en 2016, vantant un nouveau type de design : D.Gray-man Hallow. Deux jeux vidéo sont également sortis, l’un en 2007 sur DS et l’autre en 2008 sur PS2. On peut aussi retrouver Allen dans les jeux produit par le Jump (magazine de prépublication manga japonais) tel que J-stars. Enfin, un roman en trois tomes illustrés par la superbe Katsura Hoshino sont sortie entre 2005 et 2010 : D.Gray-man Reverse !

Concept :

    L’innocence est une sorte de boule d’énergie mystique éparpillée à travers le monde et dont la manifestation à l’état naturel est le miracle. Cette innocence à des propriétés étranges et semble avoir une volonté propre. Elle peut être modifiée et transformée en arme utilisée par un ordre international - la congrégation de l’ombre chargée de protéger les humains dans l’ombre : les exorcistes. Aussi appelé moine de l’ombre et sensé être sous la protection de dieux, ces hommes sont compatibles avec une innocence propre, qui sera transformée en arme pour leur permettre de combattre des akumas (littéralement “démon” en japonais).
    Sur terre, quand quelqu’un meurt, ses connaissances sont tristes et ont parfois du mal à faire leur deuil. C’est alors que le conte millénaire apparaît et leur propose de ressusciter leur cher disparu. Il transfert alors l’âme du mort dans une machine qui se chargera de tuer l'endeuillé pour revêtir sa peau (charmant). Déguisé en humain, ces armes sont totalement indétectables, mais sont à la botte du conte millénaire.


Personnages :

    Il y a deux personnages principaux et tout une flopé de personnages secondaires dans cet animé.
    Le personnage central est Allen Walker. Il est orphelin et a perdu son père adoptif quand il était petit. Suite au piège du compte millénaire, il se retrouva obligé de tuer son propre père transformé en akuma, écopant au passage d’une malédiction lui permettant de détecter tous les akumas des alentours. Il possède une innocence de type parasite qui prend la place de son bras gauche. Il peut en changer la forme plus ou moins à volonté, ce qui en fait un exorciste de premier plan. C’est quelqu’un d'extrêmement juste qui passe son temps à s’inquiéter pour ses amis et qui aime profondément le genre humain. Il a grandit avec le maréchal Cross, qui s’est servit de lui comme un larbin et un défouloir pour éponger ses dettes et faire son travail à sa place. Allen vit une sorte de traumatisme par rapport à son maître. On pense qu’il est d’origine anglaise, ce qui expliquerait sa façon de s’habiller.
    Lenalee Lee est d’origine chinoise. C’est une exorciste équipée de Dark Boots, une innocence qui prend la forme de bottes lui permettant de voler et de se battre à grand coup de pied. Elle vit au Q.G. de la congrégation qui est dirigée par son grand frère Komui. Elle est très gentille et considère tous ceux qui vivent au Q.G. comme sa famille. Elle sympathise très vite avec Allen, et finit surement par en pincer pour lui. Elle a vécu beaucoup d’expérience traumatisante, mais préfère avancer en sauvant un maximum de personne. Il y a une vraie évolution dans sa façon de penser qui est loin d’être inintéressante.
    Kanda Yu est un personnage particulièrement intéressant. Sûrement un des seuls qui puisse se vanter d’être quasiment immortel, il est le rival d’Allen. Il utilise un katana et semble victime d’une sorte de malédiction qui fait de lui quelqu’un de spécial. Il a un caractère très froid, mais fera tout pour protéger ses amis, quitte à leur taper dessus après. Chose étonnante, il est invisible sur plus de la moitié de l’animé alors qu’il reste un personnage central dans les openings.
    Lavi est le descendant de la tribu des Bookman. Il voyage avec son “grand-père” pour écrire l’histoire. Mais plutôt que de prendre de la distance, il se fait des amis et prend partie pour les exorcistes dont il fait partie. Il est très fort, mais ne progresse pas beaucoup au cours de l’animé. Il semble aussi avoir vécu des expériences traumatisantes, ce qui expliquerait son cache-oeil. C’est un personnage très agréable qu’on a toujours beaucoup de plaisir à voir.
    Aleister Crowley est un des personnages les plus énigmatique du début de l’animé. D’abord pris pour un vampire, il vit en couple avec une akuma alors qu’il est né en tant qu’exorciste parasite lui donnant la forme d’un vampire. C’est quelqu’un de très ouvert, très naïf et très émotif. Il est assez peureux, mais l’histoire fait de lui un superbe exorciste aux pouvoirs incroyables, même si on ne les voit pas beaucoup... C’est un personnage en définitive assez attachant.
    Il y a beaucoup d’autre personnage dont on pourrait parler et qui sont tout aussi intéressant, tel que Bookman, Miranda, Cross, Komui, Timcampy le golem de Cross etc… Les personnages, même s’ils n’ont pas tous la même importance, ont tous leur petite heure de gloire, démontrant le talent qui les compose. Ils possèdent tous une personnalité et une histoire donnant une véritable profondeur à l’histoire.

Scénario :

    Sur ordre de son maître, Allen Walker arrive à la congrégation de l’ombre pour la première fois. Après quelques péripéties et quelques missions que je vous laisse découvrir et qui ont pour objectif de nous donner un meilleur aperçu du monde du XIXème siècle où se trouve Allen, le jeune garçon de 15 ans se voit confier la lourde tâche de retrouver son maître, disparu depuis déjà plusieurs mois. Il monte une petite expédition et parcours le monde en suivant le général Cross à la trace, bien que tout ne se passe aussi bien que prévu. En effet, les akumas sont de plus en plus nombreux et il semble que quelques choses se trament. Bientôt, les exorcistes se mettent à mourir les uns après les autres terrassés par des êtres appelés les Noas. Ceux-ci seraient des descendants directs de Noé et ont pour objectif de détruire l’humanité. Pour cela, il utilise les akumas et recherche une innocence en particulier : le cœur. Dans ce but, il affronte les exorcistes et détruisent leurs innocence, car si le cœur est détruit, toutes les autres innocences deviennent inoffensives. Une guerre contre le temps commence alors, opposant la destruction des innocences au recrutement de nouveaux exorcistes. Les maréchaux sont pris pour cible, incluant une fois de plus la notion de course contre le temps pour retrouver Cross.
    Il y a plusieurs partie dans cet animé. Personnellement, j’aime beaucoup les scènes au QG, car elles sont plutôt drôles et bien conçu, donnant une véritable respiration à l’œuvre. La partie centrale et les longues missions se terminant généralement dans un bain de sang sont à la longue assez ennuyantes et pèsent sur le moral. Trop de tragédie tue la tragédie… Mais à peu près à la moitié de l’animé (quand le doublage VF s’arrête en fait… ^^”), il y a un véritable renouveau dans le scénario qui reste toujours aussi dramatique, mais accentue l’effet de suspense. Il y a de véritable choix qui brise la redondance du début et donne un nouveau souffle, comme la destruction de Tokyo (et oui, une fois de plus) ou la double fin se traduisant par une sorte de “To Be Continued…”. Même après cet animé, il reste beaucoup de question en suspens. On pourrait attendre sans aucun doute une saison 2, mais ça fait maintenant 10 ans que l’animé est sorti et Hallow n’ayant pas fait grand bruit, on est en droit de se demander ce qu’il en est...

Graphisme :

    Nous sommes dans le grand classique de l’époque. Assez bon pour envoyé D.Gray-man dans le haut du panier, mais pas suffisamment pour faire de lui une haute figure. Le véritable aspect qui remonte cet animé, c’est ses OST très marqué, son organisation scénaristique qui a su recréer notre monde à sa sauce et des openings à la hauteur de la tache avec des groupes comme Access, UVERworld ou encore des chanteurs comme Nami Tamaki.

Points noirs :

    Ses graphiques assez neutres laissent cet animé dans le passé et son dramatisme ambiant, notamment au début, plombe le tout.

Conclusion :

    D.Gray-man a un énorme potentiel, mais est malheureusement passé à côté d’un succès digne de celui de Naruto ou Soul Eater. C’est pourtant un très bonne animé, malgré son milieu assez redondant. Il est très bien conçu et j’ai vraiment prit beaucoup de plaisir à le regarder. Je le conseille à tous ceux qui sont fans de réalisme, d’histoire ou de géographie. Il devrait plaire au fan de shonen pur et dur, mais devrait aussi pouvoir plaire au fan de Seinen soft.


Votre Chroniqueur :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire