lundi 13 juillet 2020

Les Chroniques de Balthazar : Peste soit des Lutins


LES CHRONIQUES DE BALTHAZAR, LIVRE 1 : PESTE SOIT DES LUTINS

de GUILLAUME LEDUC

NOTE : 5/5 



"
En général, les chasseurs de primes évitent de s’empêtrer dans les affaires de la Peste Lutine, l’organisation criminelle la plus dangereuse du Vieux Continent. Pourtant, lorsque le plus jeune de la famille lutine à la tête de la Peste se met en difficulté en égarant un témoin gênant, Louis Balthazar ne résiste pas à l’appel de la justice et à la prime rondelette qu’elle promet. C’est donc à bord de son navire aérien qu’il part en chasse, accompagné de ses compères, Bubel et Pic, deux bien étranges créatures.

Mais en cet univers fantastique et impitoyable où la science se mêle à la magie, où, dans les cieux, les steamers remplacent les dragons, où les armes à feu s’utilisent plus volontiers que les épées, et où les trolls s’habillent en costume trois-pièces, rien n’est simple et les chasseurs peuvent très vite devenir les proies...

Votre humble serviteur, ami lecteur, vous promet d’ores et déjà un voyage en un monde fabuleux, agrémenté de bien des rebondissements, parmi lesquels des combats aériens entre monstres d’acier et de furieuses courses-poursuites... Êtes-vous prêts à chasser du Lutin, un être vil et pervers, impulsif et notoirement violent? À monter à dos d’araignée géante et à voler de fils en fils à travers une forêt de gratte-ciel trônant au beau milieu d’un cratère géant? Êtes-vous prêts pour tout cela... et pour bien d’autres choses encore?

Allons, l’affaire est tentante, non?

AVERTISSEMENT : VIOLENCE, DROGUE"


Je tiens en tout premier à remercier les Editions Onyx pour leur confiance, et à féliciter l'illustratrice pour la couverture absolument magnifique. Comment ne pas craquer ? D'ailleurs, je vous le dis tout de suite, cette lecture est un gros coup de cœur pour moi.  

Tout d'abord, la plume de l'auteur est addictive, fluide et riche, il nous embarque dès les premières pages dans son histoire. Le suspense est grandissant et les pages défilent sans qu'on y prête attention. J'ai également adoré son humour et c'est bien la première fois que j'éclate de rire devant les réflexions de certains personnages ! Guillaume LeDuc décrit aussi bien les paysages que l'action, et j'ai ri encore pendant les scènes de combat (notamment quand un certain Lutin est comparé à une balle de flipper. C'était juste excellent et tellement bien trouvé ! Ou encore, les trolls en costume et... je préfère m'arrêter là pour ne pas vous spoiler). 

Les personnages sont tous très réalistes et parfaitement maîtrisés. J'ai apprécié suivre les différents points de vue, notamment celui de Léopold Beaumort, le Lutin pervers, sadique et complètement à la masse. En fait, c'est simple, je me suis attaché à tous les personnages, même les pires d'entre eux ! Pour commencer, Louis Balthazar est très charismatique et j'ai adoré son sens de l'humour à toute épreuve. Ses deux amis, Bubel et Pic, sont attachants et j'avoue avoir une préférence pour le second ! Bon, certes, cette espèce de mille-pattes (et dire que j'ai une phobie pour ces animaux) est un redoutable adversaire qu'il vaut mieux avoir en ami, mais je l'ai trouvé (trèèès) mignon quand même. En ce qui concerne les personnages féminins, celui d'Abélia m'a beaucoup touchée, tout autant que Madame le maire, Arégonde, prête à tout pour éradiquer le fléau de la Peste Lutine.

Je tiens d'ailleurs à prévenir les futurs lecteurs et lectrices : ce roman de fantasy, en plus d'être original, est assez violent ! Non pas que cela m'ait déplu, bien au contraire, mais je veux dire par là que l'auteur aborde des sujets actuels. L'environnement, le respect animal, le trafic d'enfants, la prostitution, etc ; bref, on fait rapidement un parallèle avec notre propre société. Balthazar est quelqu'un d'honnête qui, malgré ses défauts, aime la justice et la défend, quittes à affronter l'un des tentacules de la pieuvre de la Peste Lutine. Un réseau mafieux qui ne fait pas dans la dentelle. Autrement dit, j'ai crains plus d'une fois que mes personnages préférés ne survivent pas au traitement que leur inflige l'auteur. 

Ah ! Autre chose qui m'a bien plu : les extraits de journaux, de débat ou même les pubs en début de chapitre. Ils viennent compléter le chapitre et nous guident sur la suite de l'histoire, en plus de nous donner des explications sur ce monde que l'on découvre.

Pour finir, je n'ai trouvé aucun point négatif à ce roman. Si, j'aurais aimé que l'histoire ne s'achève pas ! Il me tarde de découvrir la suite. Vraiment, cet auteur mérite un grand succès et je le félicite encore pour son imagination sans limite et sa plume, magique (bon sang, j'ai même réussi à éprouver de la compassion pour une araignée géante avide de chaire fraîche !). Bref, je vous invite vivement à embarquer à bord de l'Elizabeth Summer, vous ne le regretterez pas.

Lucille,
Chroniqueuse

2 commentaires:

  1. Merci, Lucille, pour cette belle chronique et pour cette chouette photo qui l’accompagne ! Merci beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec grand plaisir, merci à vous pour cette superbe histoire ! :)

      Supprimer