dimanche 10 mai 2020

Le Couvent des Damnées



LE COUVENT DES DAMNÉES de MINORU TAKEYOSHI  


Editions Glénat
Seinen, Sorcellerie, Inquisition 
Prix : 7€60

"Au XVIe siècle, dans le Saint-Empire romain, l’inquisition condamnait de nombreux innocents au bûcher. Privée de sa famille, Ella se retrouve envoyée dans un couvent qui rééduque “les filles de sorcières”. Tortures et miracles viendront-ils à bout de la flamme de vengeance qui brûle en elle ? 

Encensée par Hiromu Arakawa (Fullmetal Alchemist) ou Makoto Yukimura (Vinland Saga), cette première œuvre d’une jeune auteure brille par sa fougue. À l’heure où les héros deviennent chétifs et nonchalants, on a indéniablement envie de suivre cette héroïne forte et indépendante qui n’hésite pas à se salir les mains pour défendre ses idéaux et protéger les siens."








La petite histoire :

C’est un manga écrit par Takeyoshi Minoru depuis 2015 et qui est terminé en 6 tomes publiés par Glénat.

Personnages :

Ella est l’héroïne de cette histoire. Alors que tout avait plutôt bien commencé pour elle dans une famille “normale” du XVIème siècle, en plein Saint Empire Romain-Germanique, le destin va s’acharner sur elle. C’est une fille intelligente et curieuse qui aime comprendre ce qui se passe autour d’elle. Douée d’une volonté d’acier, elle n’hésite pas à prendre sur elle pour atteindre ses objectifs.

Scénario :

Ella née dans une famille tout ce qu’il y a de plus normal. Mais alors que dans un XVIème siècle moyenâgeux la famine est monnaie courante. Dans ce contexte, les rats se font de plus en plus agressifs et vont jusqu’à attaquer les humains les plus faibles. C’est ainsi qu’Ella, encore petite fille, découvre que son jeune frère est en train de mourir à cause des rats. Elle décide de le venger et créé un instrument en bois pour que les rats s’empalent dessus. Elle travaille les détails au point de les enduire d’une substance glissante pour qu’ils s'enfoncent plus facilement dessus. Mais sa famille prend peur de la science à laquelle elle s’éveille et décide de la vendre pour éviter les problèmes avec l’église. Suite à un heureux hasard, Ella fait la connaissance de sa nouvelle mère adoptive : une guérisseuse. Bien que traitée de sorcière par beaucoup de personne, c’est une femme très intelligente qui met à profit son savoir d’herboriste pour aider ceux qui le veulent. Ella grandie comme elle peut avec cette mère aimante, même si elle est toujours détestée par une trop grande partie du village. L’inquisition les rattrape et finit par réussir à mettre notre guérisseuse au arrêt pour la faire périr sur le bûcher. Malgré les efforts de notre héroïne, elle ne peut rien faire face au jugement imperturbable d’Eldegard, une haute ponte de l’église. Celle-ci décide par ailleurs de faire emmener Ella dans le couvent qu’elle dirige. Notre héroïne va alors découvrir un monde qu’elle devra s’efforcer de combattre et d’endurer pour accomplir sa vengeance. Parviendra-t-elle à faire illusion et à cacher sa haine ? Tiendra-t-elle dans ce nouvel environnement ? Trouvera-t-elle l’occasion d’accomplir sa vengeance ?

Un scénario médiéval très intéressant qui part de la vierge de fer pour nous faire découvrir tout un pan d’histoire autour d’une très bonne histoire de vengeance. L’héroïne est intéressante par ses facultés d’adaptation qui sont impressionnantes sans pour autant être surréalistes. Elle joue de son intelligence et découvre petit à petit les habiles stratagèmes de l’église pour garder la main mise sur les fidèles. La première partie du manga se base plus sur la chasse aux sorcières et sa réalité, tandis que la seconde nous lance vraiment dans la vengeance d’Ella et sa vie au couvent. C’est un très bon scénario que j’ai personnellement dévoré, surtout à ma première lecture. Le côté historique est bien travailler et donne une vraie plus valus au titre.

Graphisme :

Le niveau graphique est assez bon. Le design général est assez sombre. Cette ambiance est causée par un trait fin et l’utilisation assez récurrente de trames sombres. Le design des personnages est intéressant, surtout celui d’Ella qui retransmet bien ses sentiments et sa rage. Il y a beaucoup de figurant qui sont généralement bien travaillés. Les trames de fonds sont assez nombreuses, mais peuvent être classées en deux catégories. La première n’est autre que les œuvres architecturales, très rarement représentées, mais d’une qualité agréable et louable. La seconde représente de petites trames de fonds, souvent assez réduites, mais très présentes. Le rythme est bon et c’est ce qui donne autant envie de lire à la suite. D’un point de vue général, le trait assez épuré peut laisser l’impression qu’il tremble un petit peu. Il est assez proche des illustrations de certains light novel actuels.

Le petit manga bonus est plutôt intéressant et laisse un  message personnel de l’auteur.

La couverture peut paraître un peu agressive, mais elle représente assez bien le titre.

Points noirs :

Les thèmes et les scènes de cette œuvre sont très dures. Il y a quelques scènes de nudités (même si on est très loin du ecchi) et l’ambiance est très sombre. A ce titre, ce manga n’est pas à mettre entre n’importe quelles mains. Comme toujours, si vous voulez offrir une œuvre, quelle qu’elle soit, lisez-là avant pour éviter les mauvaises surprises.

Le dessin semble avoir freiner certain(e)s. A titre personnel, je le trouve adapté au genre et au scénario. Ce n’est certes pas l’œuvre du siècle, mais elle n’a pas à rougir de son niveau graphique.

Conclusion :

J’ai beaucoup aimé Le couvent des damnées ! C’est un titre sombre qui nous présente une héroïne dans un contexte médiéval, le tout sous une intrigue de vengeance passionnante. Je conseille fortement à celles et ceux qui aiment les seinen axé sur la réflexion et l’époque médiéval (même si nous ne sommes clairement dans une œuvre sur les chevaliers ou ce genre de chose...).

Inconnu Day,
Chroniqueur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire