mardi 19 mai 2020

Festin d'âmes : La Trilogie des Magisters

LA TRILOGIE DES MAGISTERS, T.1 : FESTIN D’ÂMES 

de CELIA S. FRIEDMAN


NOTE : 4/5

Festin d'Âmes: La Trilogie des Magisters, T1 par [Celia S. Friedman, Jean Claude Mallé]
Editions Bragelonne

Dark Fantasy

ISBN : 9782352942924

Prix : 22€ (broché)

"La magie a un prix : la vie ! Tel est le scandaleux secret des Magisters, qui puisent au hasard dans cette flamme qui brûle en chacun de nous afin d’alimenter leurs sortilèges.

Quand le haut roi ordonne à ces sorciers immortels et solitaires de s’unir pour sauver son fils, affligé d’une mystérieuse maladie, ce secret est bien près d’être révélé. Car l’agonie du prince prouve que l’un d’eux, quelque part, consume son âme !

Tandis que les Magisters traquent le coupable, quelqu’un d’autre se prépare à faire trembler leur confrérie.

Prostituée par sa mère quand elle était enfant, Kamala a appris à la dure les pires leçons que la vie peut dispenser. À présent, sa crinière rousse et ses yeux aux reflets de diamant sont le symbole de sa force et de sa fierté. Résolue à vivre selon ses propres règles, coûte que coûte, Kamala est devenue un être impitoyable, modelé par la misère et la cruauté humaine. Avec l’aide d’un vieil ermite, elle entend être la première femme à maîtriser la sorcellerie. Mais quel prix devra-t-elle payer,
et faire payer au monde ?"



Deuxième livre de dark fantasy que je lis ce mois-ci, et encore une fois, cette lecture était absolument géniale ! Je suis même surprise que cette trilogie ne soit pas davantage connue ?! Pourtant, tout est réuni pour séduire les fans de ce genre !

L'univers dans lequel évolue les personnages est riche sans être trop complexe à découvrir, on s'y retrouve même sans carte. L'auteur nous fait aisément voyager d'un territoire à l'autre, en passant par des cités immenses ou des petits villages, pour se perdre ensuite en pleine forêt à bord de caravanes de marchands. Et c'est dans un coin isolé du reste du monde que nous faisons la rencontre de Kamala, jeune femme détruite par son passé qui cherche à devenir une puissante magicienne. Même mieux : une Magister ! 
Chose inconcevable, puisque ce rang est réservé aux hommes, les seuls capables de faire preuve d'un égoïsme féroce en détruisant la vie d'autre humain pour gagner l'immortalité. Car oui, la magie a un prix. Tout magicien ou magicienne qui l'utilise consume prématurément l'étincelle de vie qui l'habite, appelée l'artha. C'est pourquoi les Magisters sont redoutés par les moratis (humains), même si ces derniers sont loin de connaître l'effroyable vérité à leur sujet. 
Chaque Magister possède un consort, lequel lui permet de rester en vie en lui offrant le feu sacré qui l'anime, jusqu'à ce que mort s'en suive. Parfois, ce lien perdure pendant plusieurs années. Mais si le Magister pratique plus souvent la sorcellerie ou lance des sortilèges particulièrement puissants, l'humain périt, et alors, il lui faut s'en trouver un autre. 

Après avoir tant souffert, Kamala est prête à tout pour s'en sortir. Prostituée par sa propre mère depuis sa plus tendre enfance, elle hait les hommes et souhaite devenir une Magister pour ne plus jamais avoir à vendre son corps. Et peu importe que sa survie implique le sacrifice de personnes innocentes ou non. Qui refuserait l'immortalité, même à ce prix là ? D'autant plus qu'elle ne connaîtra jamais le nom de celui ou celle qui lui offrira son athra pour alimenter ses sortilèges. Du moins, c'était ce qu'elle pensait... Mais voilà que dans sa quête pour rencontrer d'autres Magisters, qui ignorent tout de son existence, Kamala fait la pire des rencontres... Et si ses sentiments prenaient le dessus sur sa soif de pouvoir ? 

Les personnages de ce roman sont absolument passionnants ! Sombres, profonds, complexes, on ne peut que s'attacher à eux ou les détester. Dans tous les cas, aucun d'eux ne m'a laissé indifférente. J'ai adoré Kamala, une femme brisée dont le passé sordide m'a beaucoup touchée - et révoltée. Le personnage de Colivar est très intéressant également, ses répliques sarcastiques ajoutent un touche de mordant à  l'histoire. Le prince Andovan est quant à lui le seul personnage "bon" de ce roman, sa personnalité tranche avec celles des personnes qui l'entourent, à commencer par son père, un fou furieux à qui j'aurais tranché la tête plus d'une fois ! Cela dit, Gwynofar, l'épouse de ce dernier, apporte une bonne dose de douceur et de magie, qui compense avec la noirceur que le roi et son Magister diffusent autour d'eux. Les dieux qu'elle vénère m'ont rappelé la mythologie nordique, ce qui n'était pas pour me déplaire. Bref, je pourrais continuer encore longtemps à vous parler de tous ces personnages !

L'intrigue est passionnante et le style de l'auteur, fluide et agréable, fait que les chapitres défilent très vite. Je n'ai pas vu ces 470 pages passer ! La seule chose que je pourrais reprocher, c'est que Kamala passe parfois au second plan alors que j'aurais aimé la suivre davantage dans ses aventures. 

En conclusion, si vous appréciez la dark fantasy, ou tout simplement les personnages travaillés évoluant dans un monde sombre et sans pitié, cette trilogie est faite pour vous ! J'ai hâte de me plonger dans le second tome !

Lucille,
Chroniqueuse.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire