samedi 4 janvier 2020

Les Incognitos

Les Incognitos : Photo


LES INCOGNITOS - NICK BRUNO & TROY QUANE - NOTE : 3/5



Les IncognitosSortie : 25 Décembre 2019

Animation

A partir de 6 ans

"Le super espion Lance Sterling et le scientifique Walter Beckett ont des personnalités radicalement opposées. Lance est relax, cool et il a du style. Walter est … tout l’inverse. Certes, il n’est pas très à l’aise en société mais son intelligence et son génie créatif lui permettent d’imaginer les gadgets impressionnants que Lance utilise sur le terrain. Alors qu’une mission tourne mal, Walter et Lance vont devoir unir leurs forces. Si ce duo excentrique ne parvient pas à s’entraider, le monde est en danger."







Avertissement Spoilers


D'abord, je souhaite à ceux qui lisent cette chronique une bonne année, et une bonne année cinéphile ; je préfère séparer mes deux vœux pour éviter que vous ayez de mauvais films à regarder dans les salles.

Comment bien commencer cette année 2020 par un bon film, avec des méchants robotisés, un gentil qui se la pète trop et un autre gentil qui se la pète pas assez, sous fond de service d'espionnage qui, comme tout service d'espionnage, se passe au États-Unis. 

Je vous présente donc Lance Sterling, le James Bond Afro-américain, super classe, imbu de sa personne, ultra connu et sûr de lui, qui fait éclater son style quand il y a des méchants à battre. Et Walter Beckett, jeune scientifique discret qui invente des gadgets pour le service d'espionnage, qui veut battre les méchants avec des paillettes et des câlins et qui transforme accidentellement l'ultra connu Lance en pigeon. Voilà donc le plus gros défaut (la plus grosse qualité si vous voulez divertir vos charmants bambins) du film. Le film est un film pour enfant qui respire bien la morale déjà réutilisée et le scénario trop prévisible. Que ça sent bon "la mère morte en service quelques années plus tard" quand tu la vois pour la première fois dans les deux premières minutes du films. Que ça sent bon la transformation qui dérange d'abord, mais qu'on te sert à la fin du film parce que c'est finalement pratique. Et je ne parle pas des mots autour de nos volatiles qui tombent à pic dans les bouches des personnages, ni des petites incohérences comme à la fin où on voit Walter se faire virer avec ses affaires, alors qu'il a déjà été viré avec ses affaires.

Mais en grattant les paillettes et les petits chats, j'arrive à trouver des qualités à ce film. Les graphismes sont admirables évidement, je n'en demande pas moins maintenant à un film d'animation à gros budget en 2020. Juste, je commence à me lasser des graphismes grossiers des personnages à la Pixar, qui fait des têtes plutôt débiles et qui tranchent franchement au graphismes de fond. Et quand on se promène dans un Venise qu me bluffe de véracité par quelques images, et qu'on voit des visages bien lisses avec deux grosses billes en guise d'yeux, je peux dire que ça vous remet illico dans la réalité. Le scénario est... prévisible, déjà vu, vu et revu, je m'attendais juste à être surpris, et c'est raté. Mais au delà de cela, l'univers Bondiste (et non pas Bondage, sinon vous vous êtes trompés de blog) est bien repris, du générique à l'ambiance (quand elle est sérieuse), le film reprend et reproduit très bien les codes de son cousin anglais. Quelques moments d'humour arrivent tout de même à me faire rire, qui sont parsemés tout le long du film mais évidement, pour un film pour enfant, on en demande pas moins.

En conclusion, moi qui n'avait pas forcément envie de me faire des sabres lasers au cinéma pour commencer 2020, je remercie celles et ceux qui m'ont conseillé de voir ce film pour le chroniquer. Étant un adulte qui est sorti de l'univers enfantin de ce genre de film (à l'exception des Pixar et Pokemon, ce qui n'en était pas), je me suis plus diverti sur l'univers Bond et les graphismes qui s'en dégageait que sur le scénario et l'univers qu'il suintait. Pour un enfant après, il aimera sans doute cet univers édulcoré, le scénario du méchant qui prend l'identité du gentil et qui veut une vengeance personnel contre lui va le prendre en haleine, l'humour parfois potache va le faire rire et la morale va le faire réfléchir. Mais pour moi, cela vaut moins qu'un Pixar, et je mets une note plus qu'honorable pour un film qui a un fond assez générique.


Aurélien,
Chroniqueur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire