vendredi 8 novembre 2019

Pour un Selfie avec lui

POUR UN SELFIE AVEC LUI - SAM RIVERSAG - NOTE : 3/5



Auto Edition 

Humour, Romance

ISBN : 979-10-97353-00-1

Prix : 6€25 (broché)

"A Londres, la vie de Mary se trouve chamboulée lorsqu’elle surprend son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d'une autre donzelle dans leur appartement.
Au diable Simon! Vive la femme libre! Le credo semble facile à tenir, mais voilà que le félon demande son pardon. Son cœur déçu la somme de lui résister, pourtant c’est plus fort qu’elle, elle se lance dans un « je t’aime moi non plus » dont elle ne sortira pas indemne et fomente des idées de vengeance..."







Merci à Sam Riversag pour la confiance accordée à notre blog. Benedict Cumberbatch, voilà un nom qui ne me disait pas grand chose (honte à moi). Cependant après une recherche approfondie auprès de Google, c’est avec le sourire aux lèvres que je regardais les photos de l’acteur que je connaissais pour son rôle de Docteur Strange.

Pressée, j’ai ouvert le livre, m’attendant sans doute à des baisers enflammés avec l’acteur (il est permis de rêver). Ainsi, Pour un selfie avec lui relate avec un humour, quelquefois incompris, les déboires de Mary et Lola, bien que cette dernière soit moins présente dans le roman que son acolyte. Une histoire somme toute, qui se laisse lire. Roman de vacances, l’appellation lui convient très bien. Je dois avouer que j’ai eu des envies de meurtre envers l’héroïne beaucoup trop niaise et plate, un vrai paillasson à qui on aimerait acheter de l’amour propre. Cependant le ton reste léger, contemporain, avec des belles mères détestables et l’éternel problème de cœur.

Si Mary et Lola sont bien différentes de par leur manière de gérer leur vie, n’en déplaise qu’on voudrait presque voir Mary, qui se dit influençable, suivre un peu son amie, surtout dans sa relation chaotique avec son petit ami Simon. Une histoire d’amour qui, selon moi, devait être terminée depuis très longtemps mais naïve et aveuglée, la jeune femme passe son temps à lui pardonner. L’image de la femme forte et sûre d’elle n’a pas lieu d’être ici.

Quant à Bénédict, j’ai apprécié cette histoire d’amour platonique et l’admiration que lui vouait Mary, beau et réel, c’est un clin d’œil à nous toutes fans de ces acteurs qui nous font rêver, malgré les « Simon »qui nous attendent au réveil.   



Sey,
Chroniqueuse

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire