mardi 31 juillet 2018

Interview de Laura Collins

C'est une interview un peu particulière pour moi, puisque j'ai eu la chance de rencontrer cette auteur quand je recherchais de l'aide pour la correction de mon roman. Après plusieurs échanges, nous avons commencé à nous confier sur nos projets littéraires, et c'est à ce moment-là que Laura m'a parlé de son roman fantastique, lequel m'a de suite intrigué. J'ai donc eu la chance de le découvrir en tant que bêta-lectrice ! Je remercie Laura pour sa confiance, son soutien et enfin, d'avoir accepté de répondre à mes petites questions !



  Résultat de recherche d'images pour "ce que veulent les âmes"   

Commençons d’abord par une petite présentation ! 


Maman de trois enfants, maîtresse la plupart du temps, auteur tous les soirs et en vacances, correctrice à mes heures perdues, lectrice depuis toujours, et touche-à-tout quand l'envie est trop forte.


L’écriture a-t-elle toujours été une passion ? 


Oh lala oui, depuis l’âge de 13 ans. Je l’ai mise en sourdine le temps d’élever mes enfants, mon amour pour eux ayant été plus fort sans aucun doute mais dès qu’ils ont commencé à prendre leur envol, elle m’a fondu dessus, comme une urgence. 

Est-ce que la lecture occupe la majeure partie de ton temps, quand tu ne corriges pas ou n’écris pas ? Si oui, quels sont les auteurs qui t’inspirent ? 


Je lis moins ces temps-ci, parce que l’écriture (et la correction des auteurs) a tendance à prendre toute la place. En plus, chaque fois que je termine un livre, j’ai dû mal à choisir un nouveau dans l’immense PAL que j’ai. 

Je ne sais pas si des auteurs m’inspirent ; j’envie les univers de Nanili Singh, la plume de Colleen Hoover, la diversité de Jennifer Armentrout, les mots percutants d’Agnès Ledig, l’humour de Roxanne Dambre ou Virginie Grimaldi, la puissance de Ken Follett. 



À l’inverse, certains auteurs préfèrent ne pas lire pour ne pas se sentir influencés pendant leur période d’écriture. Et toi, as-tu une habitude particulière ? Un petit rituel ? 


Je ne crois pas que mes lectures m’inspirent. Si j’écris de la fantasy, je n’en lis pas dans ces moments-là par exemple… Côté rituel : mon ordi sur les genoux, si possible de la musique inspirante, et le soir une petite bougie. J’ai des playlists par roman écrit et par univers ; quand je bloque, il suffit de me laisser porter pour replonger plus vite dans l’écriture.


En général, cela te prend combien de temps pour écrire un ouvrage ? As-tu déjà abandonné plusieurs histoires, par manque de temps, ou bien parce que finalement, elles ne t’emballaient plus autant ? 


En moyenne, je crois qu’un tome me prend 6 mois. J’ai des romans couchés sur le papier qui attendent leur fin, car depuis que j’ai osé sortir de mon antre secrète pour tenter la publication, je suis passée sur l’ordi. Le courage de les recopier me manque un peu et surtout mes trois romans du moment (publié, bientôt publié et en soumission) attendent leur suite. Il est clair que si je les reprends, je sais que je devrais les retravailler. 


Parlons maintenant de tes personnages, que nous pouvons désormais découvrir dans ton roman « Ce que veulent les âmes, Tome 1 : Initiation » ! Comment sont-ils nés ? T’inspires-tu d’acteurs, de personnages célèbres, ou bien/et de toi-même ? 


Pour ces personnages-là je dirais qu’ils se sont imposés d’eux-mêmes : sans doute mon idéal de personnages ou personnes a-t-il pris les rênes ? J’aime découvrir mes héros au fil de l’écriture, on fait connaissance peu à peu : leurs forces et leurs faiblesses. C’est assez surprenant comme expérience : je ne suis pas certaine de maîtriser grand-chose. La seule chose à laquelle je tiens, c’est les faire grandir, surmonter leurs failles, ou les apprivoiser. 


Quel est le personnage que tu préfères, et celui que tu pourrais presque détester, ou alors, le moins aimer ? Pourquoi ? 


Je crois que c’est Nathan, parce qu’il est la patience incarnée, même si du coup on a bigrement envie de le pousser à se déclarer, se livrer plus vite. En même temps il a un tel côté protecteur… Oui Nathan. 

J’aurais pu détester sa sœur Lucie..mais voilà je la découvre dans le tome 2, et là ce n’est plus possible ;-) 


Hésiterais-tu à en faire mourir certains, par peur par exemple que tes lecteurs n’apprécient pas ce retournement de situation ? 


Dans ce roman-là, non, clairement ! je ne sais pas pourquoi. Je l’ai fait dans les suivants, mais patouche à mes personnages principaux ! Je ne peux résolument pas les faire mourir : je les ai fait naître ! 


L’une de tes histoires a donc trouvé un éditeur ! Cette recherche a-t-elle été longue et difficile ? As-tu des conseils à donner aux auteurs qui sont aussi en recherche d’une maison d’édition ? 


C’est un long parcours, semé de doutes et de déconvenues. Il faut garder à l’esprit qu’une maison n’est pas une œuvre de bienfaisance, elle va choisir selon les lois du marché et ses contraintes personnelles ( financières surtout) avant de choisir un texte qui l’a touchée. J’ai mis 18 mois pour trouver parce qu’entre-temps j’ai pris conscience des failles de mon texte (et un retour de maison m’y a partiellement aidée). Le rôle de mes bêta-lecteurs a été essentiels pour identifier mes « tics « et mes défauts d’écriture, que je m’efforce de combattre. 

Je viens de signer pour un second roman ( même maison) et ça a été plus facile parce que j’ai appris de mes erreurs et de mes premiers lecteurs. 

Pour moi la réussite commence par savoir démonter son texte, écouter les critiques, accepter de retravailler encore et encore… et surtout choisir les maisons qui ont la bonne ligne éditoriale. 


En plus de ce roman, as-tu d’autres projets littéraires en cours ? Est-ce que tu t’es spécialisée uniquement dans le fantastique, ou bien t’es-tu lancé dans d’autres genres ? 


Je varie les genres ! Comme pour mes lectures.Mon second roman qui sortira en 2019 est une romance sur fond de dystopie/thriller. Le dernier parti en soumission : une romance sur fond de fantasy. J’aime varier les univers, cela m’aide sans doute aussi à ne pas lasser le lecteur. La seule chose que je ne saurais écrire ce sont des polars, de l’horreur ou de la SF. 


Quelques mots pour convaincre de futurs lecteurs de découvrir ton roman/tes romans ? 


Ah ça c’est le plus dur ! juste quelques mots ? Diantre ! Je voudrais tant raconter toute l’histoire de Sarah, allez j’essaye : quand la vie te révèle une facette de toi que tu ignorais, qu’elle te demande de mentir à ceux que tu aimes, d’accepter une mission au-delà du concevable et que la personne qui te guide dans ce lourd apprentissage te trouble autant qu’elle reste mystérieusement distante. Parfois pour obtenir ce que l’on veut, il faut accepter d’affronter des réalités enfouies en soi. 


Merci d’avoir répondu à mes questions !


Merci à toi d’avoir été une de mes premières lectrices et d’être toujours là sur mon chemin !


Pour suivre l'auteur :

 Résultat de recherche d'images pour "logo f de facebook"

Lucille

Chroniqueuse

2 commentaires:

  1. j'ai vraiment trouvé tes questions intéressantes! Merci pour ce petit coup de pouce et cet intérêt constant qui me touchent beaucoup !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec grand plaisir, ce fut pour moi très intéressant de te poser ces questions ! J'aime bien faire ma curieuse :p Et je te remercie aussi toujours pour ton soutien et nos échanges. Maintenant... j'ai hâte de recevoir ton roman chez moi :p

      Supprimer