mercredi 16 mai 2018

Seraph of the End


SERAPH ON THE END - TAKAYA KAGAMI - NOTE : 3,5/5


Editions Kana 

Shonen

Prix : 6€95

seraphoftheend01




Aujourd’hui on s’attaque à une récente réédition : Seraph of the End !


La petite histoire :

Ce manga est vraiment très particulier dans sa construction. Il est l’oeuvre de trois personnes : le scénariste Takaya Kagami, le storyboardiste Daisuke Furuya et le dessinateur Yamato Yamamoto. Bon, déjà le fait qu’il soit trois est plutôt original, mais c’est loin d’être le seul intérêt de cette série !

Le manga sort en 2012 et compte aujourd’hui 14 tomes, mais simultanément sort un Light Novel (pour le moment uniquement au Japon) écrit par Takaya Kagami et illustré par Yamato Yamamoto. Le novel et le manga se rejoignent sur les personnages, en dehors du fait que le héros ne soit pas le même.

Cette histoire a eut une adaptation animé en deux saisons toutes deux sorties en 2015.

Personnages :

Yuichiro Hyakuya est le héros de cette histoire. C’est un fonceur obstiné et un peu idiot qui veut croire dur comme fer à son rêve de destruction des vampires. C’est un orphelin, mais son abandon est loin d’être la seule douleur qu’il traîne dans sa vie. Il n’est pas vraiment sociable et se cache derrière un comportement tsundere. Il était très proche de Mika, son frère adoptif et se retrouve à avoir un rôle de grand frère avec Yoichi Saotome. Il semble avoir des relations assez conflictuels avec Shinoa et Glenn, son supérieur.

Michael Hyakuya est le frère adoptif, rival et meilleur ami de Yuichiro. Surnommé Mika, il est très intelligent pour son âge. Naturellement affectueux, il a un instinct très protecteur et très tactile qui gêne souvent notre héros.

Shinoa Hiiragi est une fille très mystérieuse. Embauchée par l’armée pour surveiller notre protagoniste, on ignore presque tout d’elle, en dehors du fait qu’elle ai passé un pact avec un démon pour pouvoir manier une faux démoniaque. Elle est très espiègle et s’amuse souvent à embêter Yuichiro. Elle reste calme et froide en toute circonstance.

Glenn Ichinose est le héros du Light Novel. C’est un jeune homme qui se dresse à la tête du bras armée représentant le meilleur espoir de l’espèce humaine. C’est un personnage encore très mystérieux qui semble avoir un sens de l’humour bien trempé. Il est un peu vantard, mais semble cacher une incroyable force. J’ai hâte d’en apprendre plus sur lui !

Voilà ! Il y a pas mal de figurants qui ne sont pas particulièrement important… En tout cas, nos personnages principaux nous amènent leur lot de mystère !

Scénario :

Le monde a été ravagé par une maladie qui a tué tous les humains de plus de 13 ans. Des vampires et des monstres géants sont alors apparus et on détruit l’humanité. C’est dans ce contexte que nous faisons la connaissance de Yuichiro et Mika, des enfants de 12 ans élevés par les vampires pour leur servir de réservoir de sang. Mais nos deux compères décident de s’échapper ! Seulement, les choses seront loin d’être aussi simple…

Quatre ans plus tard, nous retrouvons Yuichiro. En phase d’entrer dans l’armée, ses réactions sont considérées comme imprévisible et il est envoyé dans un lycée normal où il doit attendre que Glenn, son supérieur, prenne une décision. Il y rencontre Shinoa, qui doit le surveiller et qui lui apprend qu’il a pour consigne de se faire des amis. Notre héros fait alors la connaissance de Yoichi Saotome, mais un incident pourrait les rapprocher bien plus vite que prévu…

Le cadre apocalyptique est vraiment sympa ! Pour une fois, on tombe sur de la dark Fantasy plus original que la moyenne et tout est suffisamment complexe pour que ce soit vraiment intéressant. On sent particulièrement bien l’univers créé par le novel et c’est sans aucun doute ce qui explique la complexité. Le plus intéressant, c’est que cette complexité est parfaitement adapté au manga, car ce n’est pas une adaptation d’un simple novel, mais un scénario en spin off.

Graphisme :

La première chose qui frappe quand on lit ce manga, c’est l’ambiance sombre qui prolifère du début à la fin. Les premières pages et la couverture sont de dominance sombre, mais ce n’est pas tout. Le design même des personnages et la façon dont les scènes sont présentées laisse aussi cette impression et cette dominante. C’est sans doute le résultat du travail de Daisuke Furuya, le storyboardiste. En dehors de ça, la qualité générale est vraiment louable. Le design des personnages est soigné, malgré quelques petits désagréments. J’aime beaucoup le design très personnel de la couverture et je tiens à parler de l'illustration en rabats comme on en trouvait dans les mangas des années 90/2000 et qui ont tendances à revenir dernièrement. Pour revenir au dessin, les trames de fonds passent vite inaperçu, mais elles sont très riches et d’une précision impressionnante. Elle semble pourtant passer au second plan dans beaucoup de scène…

Dernière aspect, j’ai trouvé les bonus écrit par le scénariste et dessiné par Yamato Yamamoto vraiment intéressant et personnel ! J’espère trouver un message du storyboardiste ou du mangaka dans les prochains tomes !

Point noir :

En fait, il y a un aspect avec lequel j’ai eu un peu de mal à titre personnel. Le scénario se découpe en deux parties : une première partie qui traite de l’enfance de nos héros, et une seconde, au présent quatre ans plus tard. Toute la première partie est à mon sens un peu longue et aurait gagné à être réparti sur plusieurs chapitres ou plusieurs tomes...

Enfin, je pense que son ambiance noire peut bloquer certains lecteurs qui risquent donc de trouver ce manga trop déprimant.

Conclusion :

C’est un bon manga qui se discerne surtout par son ambiance. Je le conseille aux fans de shonen et de seinen soft.




Votre Chroniqueur :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire