-->

mardi 9 janvier 2018

La Promesse de l'aube


La Promesse de l'aube : Photo Charlotte Gainsbourg, Pawel Puchalski


LA PROMESSE DE L'AUBE - ERIC BARBIER - NOTE : 4,5/5




La Promesse de l'aube"De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…"










C’est une adaptation d’un roman de Romain Gary, qui porte le même nom. On nous retrace l’incroyable relation fusionnelle d’une mère et son fils, en partie dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale. 

C’est une fresque complète sur la vie d’un homme, depuis son enfance et à travers différents âges, et différents pays. Romain, le personnage principal, grandit en Pologne, s’engage dans l’armée française, tout en essayant de satisfaire le désir que sa mère a pour lui : devenir un grand auteur.


L’une des principales qualités de ce film est sa post production. De très grande qualité, on nous offre des plans très soignés, en terme de couleurs et de lumière. L’un des points forts de ce long métrage est également la diversité ; de ses décors, tout d’abord (France, Pologne, Afrique, Mexique, Angleterre...), mais également de ses tons. 

On peut rire, tout comme on peut pleurer ou frissonner devant ce film, d’où l’emploi du terme « fresque ». Cependant, la plus grande qualité de La Promesse de l’Aube reste la beauté du jeu d’acteurs. Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney ont tous les deux réussi à nous faire croire à leur interprétation : ils sont captivants. L’énergie qui se dégage de leur jeu est incroyable, et nous fait vibrer. Nous pouvons aisément voir que, plus que le jouer, ils ont vécu leur personnage. 

Il est simplement dommage que la réalisation ne soit pas au même niveau que le jeu d’acteurs. Beaucoup moins personnelle, elle devient lisse en comparaison. Le travail est efficace, il fonctionne tout à fait, mais tout cela manque terriblement de quelque chose qu’on pourrait qualifier « d’unique ».




Votre Chroniqueuse : 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire