-->

mercredi 7 juin 2017

Merry Gentry : Le Baiser des Ombres



MERRY GENTRY TOME 1 : LE BAISER DES OMBRES – LAURELL K. HAMILTON – NOTE : 3/5



Résultat de recherche d'images pour "merry gentry tome 1"
Éditions J’ai Lu

Bit-lit, Fantasy

ISBN : 9782290024188

Prix : 8€90

"Il y a plein de gamines qui rêvent de devenir un jour princesse chez les fées mais, croyez-moi, c'est complètement surfait ! A l'Agence de détectives Grey, personne ne sait que je suis la Princesse Meredith NicEssus. Cela veut dire que j'ai réussi à cacher ma véritable identité à une tripotée des meilleurs médiums de la ville. Une belle prouesse. Mais mon glamour ne nie rend pas immortelle. Et puisque mon cousin veut ma mort, il vaut mieux que je me planque. Le fait que le jeu "Cherchez la Princesse" soit devenu plus célèbre que "Cherchez Elvis" m'a facilité les choses, c'est évident : La Princesse Meredith dansant à Paris, flambant à Las Vegas... Après trois ans, je fais toujours la une de la presse à scandale. Cela dit, à en croire les derniers gros titres, je suis aussi morte que le King".



C’est une petite surprise pour moi, cette lecture ! Sachant que je venais de découvrir cette auteure avec les premiers tomes d’Anita Blake et que j’avais trouvé sa plume très simple, je dois dire que ce livre commence à me faire changer d’avis.

L’héroïne de cette histoire est Meredith NicEssus, une Sidhe et princesse qui a fui son peuple parce que tout le monde voulait sa peau. Et comme c’est encore le cas, elle se cache au sein d’une Agence de Détective. Un travail qui va malheureusement finir par signaler sa position à la Reine, sa tante, prête à tour pour la retrouver !

Je simplifie toute l’intrigue avec ce résumé et vous parle directement de mon avis, car il y en a tellement à dire que je risque de faire un énorme pavé à la place d’une chronique. Parlons de Merry, la princesse disparue qui se cache derrière son glamour pour que personne ne puisse la retrouver. À l’inverse d’Anita, la dure à cuire qui n’a besoin de personne, Merry est plus fragile. Ceci dit, ce n’est pas non plus une demoiselle en détresse en quête de son prince charmant… Au contraire, il lui faut bien plus d’un de prince pour la satisfaire ! Si j’ai trouvé un peu lourd ce concentré d’hommes qui gravite autour de notre belle Sidhe, je dois dire que sa personnalité à elle m’a bien plu. Aussi douce que violente, prête à tout pour protéger les siens.

Autre aspect positif : l’univers de ce livre. Alors oui, le physique de certains personnages est parfois dur à imaginer. Ou bien c’est peut-être moi qui peine à m’imaginer un homme à la peau rose, ou bleu, et au visage presque féminin comme un garde du corps viril… Bref, même s’il manque certaines précisions pour que ça soit parfait, j’ai beaucoup aimé ce mélange entre notre monde et ceux des Sidhes et autres créatures. Beaucoup de descriptions (un peu trop concernant les vêtements des personnages !), d’explications sur les origines de Merry et les coutumes de son peuple. Ah parlons-en…

Bon je vous préviens, si vous n’aimez pas le sexe à chaque chapitre ou presque, passer votre chemin. Et là vous marquez un temps d’arrêt, vous rappelant que moi aussi, je n’aime pas ce genre de lectures. Pourtant ! Je m’explique : chez les Sidhes, et notamment chez Merry qui descend des dieux de la fertilité, le sexe n’est pas vraiment synonyme d’amour mais de pouvoir. Du coup, j’ai apprécié l’alchimie que cela entraîne entre les personnages, notamment au début du livre avec Roane. Le sexe devient un moyen pour Merry de développer ses dons encore endormis. Après, j’admets qu’au fur et à mesure des pages, on peut trouver ça un peu répétitif. Merry veut faire plaisir à tous les hommes qu’elle croise, qu’ils soient beaux ou laids, elle les prend en pitié, ou tombe raide devant leur beauté. Mais ça ne m’a pas trop dérangé, jusqu’à la moitié du livre. Je ne peux pas trop dire pourquoi, cependant j’ai trouvé que l’auteure avait eu une mauvaise idée avec le final. C’est le premier livre que je lis avec une héroïne qui ne s’arrête pas à un seul partenaire (sans compter Riley Jenson – Pleine Lune que je n’avais pas aimé) soit, mais c’est surtout l’ordre de la Reine donné à Merry qui me chagrine. C’est un moyen pour multiplier les scènes de sexe, on l’a vite compris. Et avec beaucoup moins de charme, si je peux dire. Quand Merry flirte avec les hommes parce qu’elle l’a décidé, c’est plus intéressant. Mais maintenant qu’elle a reçu l’ordre de se taper une équipe de garde du corps, ça parait… un peu louche. Un peu beaucoup. Fini l’alchimie, prenez un ticket et attendez votre tour, les gars ! Notre Merry n’a pas le choix hein…

 Tout ça a pris le dessus sur la fin, que j’ai trouvé un peu bâclée, rapide. Je m’attendais à plus d’action. Au lieu de quoi, tout s’achève assez vite et comme on s’y était attendu. Dommage de ne pas avoir revu Sholto plus régulièrement aussi, je l'aime bien ce personnage torturé !

J’ai quand même trouvé cette lecture agréable et je suis plus intéressée à l’idée de lire la suite de Merry Gentry que celle d’Anita Blake, et de loin !



Votre Chroniqueuse : 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire