-->

vendredi 28 avril 2017

Anita Blake : Le Cirque des Damnés

ANITA BLAKE, TOME 3 : LE CIRQUE DES DAMNES - LAURELL K. HAMILTON -

NOTE : 2,5/5


Résultat de recherche d'images pour "anita blake tome 3"Editions Milady

Bit-lit

ISBN : 978-2811200947

Prix : 8€ environ

"Je vous le dis franchement : je stresse! Nous vivons vraiment clans un univers IM-PI-TOYABLE ! Prenez par exemple Jean-Claude, propriétaire, entre autres, du Cirque des Damnés, une boîte branchée des plus rentables. Eh bien, il n'est entouré que de gens qui veulent soit lui faire la peau, soit prendre sa place, voire les deux. Tous des vampires, bien sûr, avec des dents qui rayent le parquet. Vous me direz que, même s'il ale sens de l'humour, J.-C., lui aussi est un vampire et que sa principale ambition semble être de faire de moi son esclave. Peut-être finalement devrais-je laisser les loups-garous et autres se dévorer entre eux. Et plutôt me consacrer à empêcher mes chers zombies de nuire..."



Je crois qu’avec Anita Blake, ce sera toujours en dents de scie. Si j’avais trouvé banal le premier tome, et bien meilleur le second, pour ce troisième… « Ennuyant » est ce qui me vient tout de suite à l’esprit pour le qualifier. 

Le second tome était pour moi intéressant, car il mettait bien plus en avant les pouvoirs d’Anita, les zombies et le vaudou. Mais là, nous retrouvons la trame de base : Jean-Claude (mais quelle idée d’avoir choisi ce nom !) a du mal à conserver sa place de maître de Saint-Louis. Tout le monde veut lui faire sa fête, et Anita, partagée entre haine et désir envers lui, ne sait pas quel choix faire : servir son maître et accepter les marques suivantes, qui feront d’elle sa servante, ou trahir Jean-Claude et ainsi, se débarrasser de lui à jamais ? Dilemme, dilemme. 

Je trouve que pour un troisième tome, l’auteur n’a pas su faire évoluer la relation entre Anita et Jean-Claude. Anita est toujours une petite dure à cuir féministe (des fois, certaines de ses réactions frisent le ridicule) qui résiste à son ténébreux vampire. Et porte des Nike, ça semble très important pour l’histoire. J’ai du voir cette marque au moins une vingtaine de fois. On sait même de quelle couleur est la virgule, par moment… une précision si primordiale, vous en conviendrez. 

Donc Anita fait toujours sa chieuse qui roule des mécaniques (j’aime ce genre de personnage, mais là, c’est peut-être un peu trop) et évite la compagnie de Jean- Claude, qui veut l’asservir. Même si j’ai envie de dire : quand on a une lamie, et deux maîtres vampires vieux de plusieurs siècles aux fesses, il faudrait peut-être revoir l’ordre de ces priorités ! Alors oui, Anita est une nécromancienne, c’est par conséquent un pion intéressant dans ce combat d’immortels. Mais cette intrigue lasse très vite. Cela m’a paru trop simple. 

J’aime toujours autant la violence de ces histoires et les créatures qu’on y rencontre. Bien qu’on remarque assez vite que cette saga fait partie des premiers bit-lit, elle a ses points-positifs : pas ou très peu de sexe et de l’action. Cela dit, j’ai vraiment du mal avec certains personnages. Autant j’adore Edward l’assassin, Richard le nouveau pote d’Anita, Larry son collègue et d’autres, autant Jean-Claude m’exaspère ! Déjà, si on se souvient bien, Anita n’aime pas sa petite taille. Défaut que je partage et que j’ai horreur qu’on me fasse remarquer. Mais J-C (plus rapide à écrire, pfiiou) l’appelle constamment « ma petite ». J’ai vu ces deux mots aussi souvent que « Nike », c’est vous dire ! Je commence à me demander si finalement, il veut la prendre pour amante ou comme fille… Ou les deux ? Ah, J-C est un peu tordu, hein. 

Et puis, souvent avec la bit-lit, on suit les émotions de l’héroïne en les partageant plus ou moins : le vampire qu’elle essaie de fuir pour ne pas tomber amoureuse nous agace au début, et ensuite, on se laisse comme elle attendrir et on leur souhaite d’être ensemble. Pas là. J-C n’est qu’une sangsue insupportable ! Entre son attitude totalement impassible, son dialogue très réduit, et sa manie de prendre Anita pour une gosse (quoiqu’il n’a peut-être pas entièrement tort), j’ai souhaité plus d’une fois sa mort. Bref, ce couple n’a pas de charme, pour moi. 

Le plus fou dans tout ça, c’est que je persiste à lire les tomes suivants. Vous me direz sans doute qu’au fond, je suis comme Anita, indécise. Eh bien peut-être... J’espère en tout cas que le quatrième tome sera plus trépidant ! Si je l’achète, bien sûr…

Votre Chroniqueuse : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire