-->

samedi 18 mars 2017

Anita Blake : Le Cadavre Rieur

ANITA BLAKE, T.3 : LE CADAVRE RIEUR – LAURELL K. HAMILTON – NOTE : 3,5/5


Éditions Milady

Bit-lit

ISBN : 9782811200930

Prix : 7€10

"Savez-vous ce que c'est qu'une "chèvre blanche"? Eh bien, en jargon vaudou, c'est un doux euphémisme pour désigner la victime d'un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j'ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés... mais ça, non! Pas question... Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d'un million de dollars. L'ennui, c'est que tout le monde n'a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu'un pour faire le boulot. Qu'on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c'est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n'avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires..

J’ai donc poursuivis ma lecture avec ce tome 2, et je n’ai pas regretté ! Rappelez-vous qu’avec le premier tome, j’avais été peu convaincue par cette héroïne. Certes, on retrouve toujours cette impression de « vieux », car cette saga fait partie des premiers bit-lits, autrement dit, elle date environ des années 90. Et ça se ressent. En négatif, et en positif.


Anita quitte plus ou moins l’univers des vampires pour découvrir, hélas, celui du culte vaudou et ses dangers. Un riche handicapé souhaite la payer une énorme fortune en échange de ses services : elle devra relever un mort vieux de plusieurs siècles, ce qui implique pour ce sort un sacrifice humain. Une bonne raison autrement dit pour qu’elle refuse. Si on lui en laisse le droit… En parallèle, Dolph, le flic avec qui travaille Anita, fait de macabres découvertes. Des familles entières se sont faites dévorées, enfants et nourrissons compris… La jeune réanimatrice a du pain sur la planche, entre une prêtresse vaudou bien décidé à la rallier à sa cause et un zombie tueur hors norme qui sème la terreur à Saint-Louis.

J’ai apprécié de loin ce tome au premier car l’auteure nous parle enfin du pouvoir d’Anita. S’il n’avait été que peu abordé auparavant, nous en apprenons plus sur son étrange don qui est de relever les morts, de leur commander. J’ai trouvé ça intéressant, surtout que j’apprécie tout ce qui concerne le vaudou, ou la nécromancie. En ce qui concerne Anita, je l’ai trouvé plus sympathique également.

Quoique certaines de ses manies demeurent toujours aussi agaçantes ! Son attitude, à se prendre pour un homme et surtout, à chercher à être plus forte qu’eux, m’ennuie encore. J’aime les héroïnes puissantes, mais avec un comportement plus intelligent que brandir son arme, lancer des répliques et rouler des mécaniques. Ça paraît un peu ridicule, à force. Et puis, en étant une réanimatrice capable de contrôler des cadavres, il me semble qu’elle n’a rien à prouver…

Elle m’a semblé quand même plus humaine, ne serait-ce que par la peur que lui inspire la Señora… Je ne vous en dit pas plus pour ne pas spoiler ! Autre point positif, beaucoup d’action, de violence et pas de sexe. La sensualité n’est pas au programme, et j’ai beaucoup aimé. J’apprécie parfois certains bit-lit pour la romance, mais pas lorsque le sexe est trop présent. Ici, c’est nickel, la chasse aux zombies est primordiale.

Encore quelque chose de bien ? Jean-Claude le maître vampire apparaît seulement à la moitié du livre, ce qui est parfait. Je le trouve très, trop cliché, avec ses chemises en dentelle et son habitude de traiter Anita comme une enfant. Déjà que son prénom paraît un peu grotesque, à mon goût… Ce seconde tome laisse les vampires de côté et cela donne une histoire bien plus sombre, qui mélange fantastique et horreur.

Au niveau de la plume de l’auteur, cela reste classique. J’ai d’ailleurs remarqué beaucoup de répétitions, comme « Doux Jésus », « ma petite » ou les terribles rappels sur la marque des chaussures d’Anita. Le mot « Nike » est partout ! Soit l’auteur apprécié beaucoup ces chaussures, soit Nike en personne l’a payé pour qu’elle en parle à chaque chapitre…

Si on oublie ces détails, Le Cadavre Rieur fut une agréable lecture ! Le final est surprenant, palpitant et nous laisse présager de nouvelles aventures que j'espère aussi bien que ce tome 2. Je me suis presque réconciliée avec Anita et je pense que je vais vite me procurer le troisième tome.


Votre Chroniqueuse :






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire