-->

lundi 12 septembre 2016

Erotisme : et si on évitait les exagérations ?





À la demande, je me suis interrogée sur ce qui fait un bon roman érotique et surtout, comment décrire des scènes de sexe sans tomber dans les excès ! Sur Wattpad, le « lemon » a une place très importante, puisqu’il fait souvent partie des meilleurs tops. Étrange, surtout quand on y jette un coup d’œil… Alors on va essayer de voir les erreurs à éviter et comment bien démarrer son roman/histoire.


Le début est sacré 

Je vais faire un rappel rapide sur la romance et sa base, mais un article y est déjà consacré (vous pouvez le retrouver sur mon blog ou sur Wattpad).

Si vous avez su créer des personnages réalistes, travaillés, vous enchaînez ensuite sur leur relation. Leur rencontre, leur rapprochement et bien sûr, la fameuse conclusion de tout ça… L’erreur la plus courante est de développer la tension sexuelle trop vite. Certes, quand on aime une personne, que sa présence est presque vitale, que le/la toucher, l’embrasser obsède, il arrive un moment où le sexe intervient. MAIS, pas de suite. Au début, il est très important de développer les sentiments de vos personnages, de décrire avec précision ce qui les attire l’un à l’autre. Quand je lis quelques histoires sur Wattpad, où notre chère héroïne est seulement attirée par les abdos et les beaux yeux de son amant, je me dis qui lui en faut peu, à la demoiselle pour dire « oui » à monsieur... Oui, le physique à son importance qu’on le veuille ou non. On aime la personnalité d’une personne, mais il y a toujours un petit détail (regard, mains, ect) qui fait craquer. 


Donc, je ne vous dis pas d’oublier de décrire vos personnages physiquement, cela dit, on aimerait bien un peu de neurones là-dedans. Justifiez votre romance, si je peux dire, en lui créant un début plausible et qui donne envie de lire la suite. Évitez aussi tous les clichés que je vous cite souvent.

La taille des organes ne justifie pas toujours une partie de jambes en l’air

Après cette piqûre de rappel, on s’attèle au sujet principal : l’érotisme et développer une scène de sexe. Je n’y vais pas par quatre chemins avec ce sous-titre, vous comprenez très bien de quoi je veux parler !

Souvent, et ce n’est pas présent que sur wattpad, les auteurs rajoutent des détails qui ne sont pas forcément indispensables. Il est important de parler du désir, des réactions physiques qui prouvent que les personnages ont envie de le faire, mais inutile de dire que le pénis de Brian est comparable à celui d’un cheval et qu’Ashley trempe sa petite culotte comme la mousson inonde les tropiques ! Pour moi, ce genre de précision me rappelle un peu le porno, où finalement tout n’est question que de sexe pur. Bien sûr, vous allez me dire que les livres comme After ou 50 Nuances à la noix jouent justement sur ces atouts… Et vous appelez ça de l’érotisme ? Bref, nous n’allons pas rentrer dans un long débat sans fin.

Il est important, en même temps que les personnages se laissent aller, de préciser toujours leurs émotions dans ces moments-là en fonction de votre histoire. Voici un ou deux exemples :


  • Brian a envie d’Ashley, parce qu’il l’aime. Cela peut être une première pour eux, ou l’un des deux. Dans ce cas, éviter les détails sanglants pour la fille… Je veux dire, chaque femme vit ce moment différemment, et vous pouvez décrire la chose en disant que monsieur a été très attentif aux réactions de sa belle avant qu’ils vivent ce moment pleinement à deux. Autre détail un peu bête, Ashley a adoré dès les premières secondes et hurle à la mort à la fin de la première minute. Quand on écrit de l’érotisme, il faut savoir ajouter un peu de sensualité dans tout ça…

  • Ils ont envie d’une aventure d’un soir parce qu’ils se sont bien plus tous les deux, dans ce bar. Les sentiments sont moins présents dans ce cas-là, c’est certain. Du coup, on aurait tendance à balancer plein de détails bien crus parce qu’ils ont bien envie de prendre leur pied ces deux là ! Certes, vous avez le droit de rendre tout ça très sauvage, mais encore une fois, on évite de dire qu’Ashley se fait prendre dans tous les sens, parce que ouais, dès qu’elle a vu comment la nature avait bien gâté son Brian, cela a suffi à l’exciter. Les rencontres d’un soir sont souvent rapides, c’est pourquoi il faut bien avoir développé leur attirance avant qu’ils se retrouvent dans la chambre… Personnellement, quand je lis que pour certaines auteures, Brian n’a qu’à regarder notre Ashley non-stop en boîte pour l’avoir dans sa poche, je m’inquiète. Si un homme ne me lâche pas du regard et louche sur moi, sans cligner des yeux, je vais plutôt m’éloignez, vous voyez ? Non l’idéal dans ces cas-là, c’est d’avoir misé à fond sur un jeu de séduction. Ils parlent au bar, se draguent, se montrent qu’eux deux, le temps d’une nuit, ce serait une place pour le septième ciel. Après, vous pouvez embrayer sur une scène de sexe torride.

  • Malgré le fait qu’ils couchent ensemble, cette passion les détruit… Là, c’est l’occasion de parler de ce lien qui les unit, de cette envie si pressante et pourtant mauvaise pour eux. Bien sûr, si notre Ashley est en mode : « Omg, c’est trop un thug ce Brian, je devrais pas. Mais il est tellement beau, je peux pas résister. » Quelle passion… Non, ça c’est nul. Le mieux, dans une relation qui ne devrait pas exister, et de montrer à quel point les personnages prennent des risques. Vous pouvez alors préciser que Brian vit cet instant à fond, qu’il découvre le corps de sa belle en prenant son temps parce qu’il sait que cela sera sûrement la dernière fois.

Pensez donc à ajouter toujours un peu de réflexion, même si cela se résume à une ou deux phrases glissaient de temps en temps, pour que tout ne résume pas à de la « baise », comme dit si bien par beaucoup d’auteurs.

La violence, ce n’est pas de l’érotisme.

Une femme qui se fait violer, séquestrer, ou bien qu’on oblige à se marier avec un inconnu ne peut être un personnage crédible pour une romance érotique. La dernière fois, une auteure me proposait de lire son livre où il était question d’un violeur qui finalement se repentait, après bien sûr avoir abusé plusieurs fois de l’héroïne. S’il m’arrivait une telle chose, et que monsieur se pointait en me demandant pardon pour sortir avec moi… Après l’avoir émasculé, peut-être accepterai-je de m’intéresser à sa requête ? Toutes ces filles sur Wattpad qui trouvent excitant l’idée de se faire violer ont vraiment un grain. Et pareil pour l’histoire du type qui force une femme à l’épouser, cela n’a rien de charmant… Tout comme aussi le sadomasochisme. Sachez que 50 N. ne montre qu’un léger aspect de cette pratique et qu’en réalité, ce rapport de dominant/dominé est bien plus complexe qu’une banale amourette entre un milliardaire égocentrique et une étudiante naïve. En plus d’être une pratique sexuelle bien spéciale, il y aussi un aspect très psychologique dans tout ça. Après, si vous aimez écrire des histoires violentes avec du sexe, pas de souci, mais n’appelait pas ça érotisme.


La fréquence 

Je trouve logique que la première fois soit importante et donc prenne une certaine place dans le livre. Cela dit, assommer le lecteur avec des scènes de sexes toutes les quinze pages est pour le moins très barbant. Je veux dire, si on veut voir des personnages dans toutes les positions, autant acheter le kamasoutra ! Alors tâchez de rester raisonnable.

Quelques idées en vrac

Pour finir, je pense qu’avant l’acte en lui-même, il est important de trouver des idées pour rendre l’érotisme vraiment captivant. Tâchez donc de faire patienter le lecteur ! Et si vous ne l’avez pas fait et que par conséquent, vous êtes un peu perdu ? Et bien attendez ! Plus sérieusement, essayez d’écrire le plus naturellement possible ce genre de chose. 

Je trouve par exemple que le dialogue a une grande importance. Si Brian sort « Je vais te baiser à mort » ou « Tu mouilles pour moi Bébé » toutes les cinq minutes, cela ne va pas retenir mon attention bien longtemps. D’où que je n’ai pas apprécié toutes ces nullités érotiques qui sont en vogue. Une fille, même si elle aime à fond le sexe et que c’est une vraie tigresse au lit, aime quand même qu’on la charme, non ? Ou bien, je suis la seule qui aime un peu le romantisme… 

Les gestes aussi, sont primordiales. Sans parler de suite de l’érection énooorme de Brian, vous pouvez mentionner aussi l’intensité du regard, l’air gêné de la demoiselle, une respiration plus rapide, une caresse maladroite ou incontrôlée (pas de lèvres mordillées, je ne peux plus à cause de 50 N. ! Non je rigole… qu’à moitié…), une voix rocailleuse, et j’en passe ! Sachez aussi qu’il y a des zones érogènes qui ne s’arrêtent pas juste au niveau de l’entrejambe, que prendre son temps pour embrasser quelqu’un est déjà pas mal, et qu’on ne contrôle pas non plus le plaisir. Parce que quand je lis que pendant un rapport, c’est l’homme qui dit à la femme quand elle doit jouir (dans 50 N. Christian à l’air très au top sur ce point), je marque un temps d’arrêt. Bizarre n’est-ce pas justement la hantise des hommes, de ne pas savoir si sa partenaire a atteint l’orgasme ? Alors si l’un d’entre eux arrive à contrôler ce genre de choses chez une femme… Si vous voulez dire qu’il devine ses réactions et que par conséquent, il sait quand madame va crier son nom, trouvez d’autres mots pour le faire comprendre. Plutôt que « allez vas-y c’est bon, je te l’ordonne, tu as le droit de te faire plaisir maintenant… Maintenant ! J’ai dis maintenant ! » J’exagère, mais bon…

Pensez aussi à ceux qui écrivent de l’érotisme fantastique, qu’un vampire (ou autre créature) « mitraillette » (ceux qui ont déjà vu la série TrueBlood doivent savoir de quoi je parle) semble peu crédible…

Voilà j’espère que cela vous aidera et n’hésitez pas à demander si certains points vous semblent encore un peu flous ! Je tiens à préciser que c’est ma vision des choses et que bien sûr, rien ne vous empêche d’écrire ce que vous voulez.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire