-->

jeudi 18 août 2016

Les Décharnés : une lueur au crépuscule



LES DÉCHARNÉS : UNE LUEUR AU CRÉPUSCULE - PAUL CLÉMENT - NOTE : 4/5


Autoédité

Science-fiction, Horreur, Apocalypse

ISBN : 9781516971640

Prix : 13€ environ version papier.



« Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné. Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang… de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ? »

Je tiens en tout premier à remercier l’auteur pour ce service presse, son livre en vaut vraiment le détour !

Comme dit dans le résumé, Patrick est un vieil homme que la vie a rendu aigri. Isolé en pleine Provence, savourant sa solitude avec une bière fraîche à la main, il observe tranquillement les automobilistes klaxonnés derrière leur volant. Quand tout à coup, son après-midi monotone se transforme en cauchemar : les conducteurs deviennent des monstres avides de chair fraîche. Patrick se retranche alors dans sa maison pour faire face à cette attaque de morts-vivants, sauvant au passage une petite fille qui se réfugie dans une armoire du premier étage. L’enfer commence pour ces deux survivants…


Même s’il est un personnage plutôt froid et sarcastique dès le début du livre, j’ai tout de suite apprécié le personnage de Patrick. On devine tout au long de l’histoire que ce vieil agriculteur a fait des erreurs dans sa jeunesse, que quelque chose de  grave a détruit sa vie et qu’à présent, être seul est tout ce qui peut le satisfaire. Pour une fois, pas de super flic ou de type baraqué contre les zombies, mais un papi rongé par ses souvenirs. Ajouté à ça une petite fille tout mignonne mais courageuse, et vous avez là le duo le plus original que j’ai découvert ! 

L’auteur a eu une idée judicieuse en réunissant deux personnages avec un si grand écart d’âge : leur relation change et innove de ce qu’on a l’habitude de lire avec les morts-vivants. Si Patrick n’en a plus rien à faire de l’avenir du monde, celui d’Emma le préoccupe dès le jour où il la rencontre ! Innocente, orpheline et fragile, cette petite fille va faire fondre son cœur de pierre et lui permettre de rattraper ses erreurs passées. 

Cela dit, il n’y a pas que des bons sentiments dans ce livre ! N’oublions pas que les zombies parcourent la planète et que manger de la chair humaine est leur principal objectif. L’action est donc présente : fuite en tracteur (si, si ! j’ai adoré ce passage et même frissonné ! oui, je lis la nuit ce genre de récit, bien sûr..), retrouvaille familiale assez sanglante, course à pied sous un soleil de plomb avec des cadavres ambulants derrière pour motiver ; l’auteur n’a pas épargné ses personnages ! Jusqu’à ce qu’un groupe de survivants débarque : est-ce un avenir meilleur qui se présente ou de nouveaux ennuis ?

Pour le coup, on retrouve un peu ce qui se passe souvent dans les groupes de survivants. Un chef (un peu cinglé), des décisions à prendre et l’absence progressive de démocratie. Si ça ne surprend pas vraiment, on continue à craindre le pire pour Patrick et Emma. Je ne vais pas dévoiler toute l’intrigue, mais autant dire qu’ils ne sont pas au bout de leur peine.

En plus d’avoir apprécié la plume de l’auteur, j’ai aimé son analyse des réactions humaines, de ce que l’on est prêt à faire pour survivre. Pour Patrick, sa survie importe peu du moment qu’il sauve Emma. Cet homme quelque peu égoïste reprend vie grâce à cette gamine et extériorise ainsi ces vieux démons. Il a commis des fautes dans sa vie, mais ne les commettra pas une seconde fois avec Emma. Très touchant, cet aspect de l’histoire.

Après, ce qui m’inquiète toujours avec un livre de zombies, c’est la fin. Souvent, il n’y a pas de solution miracle au problème de morts-vivants et donc, l’auteur termine son histoire sur une scène qui reste dubitative, insatisfaisante…. Et bien finalement, la conclusion de ce livre m’a plutôt plu. J’en dis pas plus, même si j’étais très… hum, surprise ! Cependant, avant la survie contre les zombies, Les Décharnés se concentre sur Patrick et son nouveau but dans la vie. Quelque chose renaît en lui et la fin de ce récit achèvera l’objectif qu’il s’était donné. Avec un petit bonus en plus. 

J’aurais bien aimé continué l’aventure, cela étant ! Bref, je conseille ce livre à ceux qui aiment les zombies, mais pas seulement. Ici, ce n’est pas une banale histoire de massacre de morts-vivants en pleine campagne. Les Décharnés est aussi doté, en plus de bons rebondissements bien sanglants, de sentiments.

 


2 commentaires:

  1. C'est peut-être pas un livre que je lirais comme ça.. Mais par contre ton avis me donne envie de le découvrir.Du coup je note quand même le titre pour si un jour je me décide de lire ce genre de livre.
    Après les zombies c'est original mais je sais pas si ça me plairait...

    Pour "la chimère" moi je suis ressortie quand même assez mitigée de cette lecture mais peut-être qu'il peut te plaire. La couverture n'a finalement pas grand chose à voir avec le roman et pour le titre on apprend sa signification que presque à la fin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien justement ce qui est bien avec ce livre, c'est que les zombies ne sont pas au premier plan ^^ C'est juste le menace qui pourraît être fatale à Patrick et sa petite protégée, donc peut-être que ça pourrait te plaire ^^

      Oui, c'est ce que j'ai cru comprendre, en comparant couverture et résumé... ce qui est un peu trompeur quand on s'attend à ce que les deux correspondent un minimum

      Supprimer