-->

dimanche 19 juin 2016

Alice de l'autre côté du miroir

ALICE DE L'AUTRE COTÉ DU MIROIR - Réal : JAMES BOBIN - NOTE : 3/5

Séance du 18 Juin



" Les nouvelles aventures d'Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps."


Je dois avouer que l'idée de ne plus retrouver Tim Burton aux commandes de cette suite me chagrinait un peu. Finalement, ce nouvel opus s'avère pas si mal que ça...

Alice est toujours à la tête du bâteau de son père quand elle rentre à Londres. Elle pense faire un rapport à Hamish Ascott, l'homme qu'elle avait refusé d'épouser dans le premier film, pour pouvoir repartir en mer quand ce dernier lui apprend une terrible nouvelle. La compagnie ne compte plus sur elle. Alice devra vendre son bâteau en échange de la maison familiale, où l'attendra plus tard un banal poste de secrétaire.Tragédie. Quand intervient Absolem, la chenille métamorphosé en papillon. Ce dernier ramène la jeune femme aux Pays des Merveilles, laquelle était attendue depuis longtemps ! En effet, le Chapelier Fou se meurt. Persuadé que sa famille est toujours en vie et sidéré que personne ne le croie, l'ami d'Alice s'est renfermé dans sa maison et n'en sort plus. La Reine Blanche va alors conseiller à Alice d'aller trouver le Temps, le seul à pouvoir lui fournir la solution pour retrouver les parents du Chapelier... S'ils sont encore en vie...


Certes, le scénario n'est pas d'une grande originalité. Je n'ai pas lu l’œuvre littéraire, je ne pourrais donc comparer ! Mais il est vrai que pendant quelques minutes, lorsqu'Alice rentre au Pays et qu'on réalise que sa quête n'est rien de plus qu'une recherche de famille disparue... On est un peu déçu. L'univers sombre de Tim Burton a bel et bien disparu. Finalement, Alice passera son temps à voyager d'une époque à l'autre pour tenter de réparer les erreurs de ces amis : la puérilité du Chapelier, la discorde entre la Reine Rouge et la Reine Blanche, l'entente entre un père et un fils chapeliers...

Même si beaucoup ont critiqué le premier film, je trouve pourtant que celui-ci n'est pas vraiment meilleur. D'accord, question effets spéciaux il y a peut être du mieux, mais guère plus. L'univers coloré et décalé est toujours au rendez-vous cela dit, de quoi ravir petits et grands. 

Au niveau des personnages, on retrouve la même bande avec cette fois-ci une Reine Rouge qui inspire plus de compassion aux spectateurs : un point positif nous permettant de mieux comprendre la relation tendue entre les deux Reines et l'origine de cette "grosse tête". La prestation de Mia Wasikowska est quant à elle bien meilleure ! Si dans le premier film je la trouvais froide, cette fois-ci la jeune actrice (qui est étonnante dans Crimson Peak) nous montre des sentiments plus convaincants. Pour Johnny Deep... son rôle à l'inverse est plus fade, banal. Et je dois dire que l'effet "gros yeux"  est toujours aussi mal fait...

Mais pour le plaisir de replonger dans ce monde à part, entre inconscient et réalité, où rien n'a de sens sans pour autant être dépourvu de logique, j'ai passé un bon moment.

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire