-->

samedi 16 janvier 2016

FURY

FURY - Réal : DAVID AYER - NOTE : 4/5

"Avril 1945. Les Alliés mènent leur ultime offensive en Europe. A bord d'un tank Sherman, le sergent Wardaddy et ses quatres hommes s'engagent dans une mission à très haut risque bien au-delà des lignes ennemies. Face à un adversaire dont le nombre et la puissance de feu les dépassent, Wardaddy et son équipage vont devoir tout tenter pour frapper l'Allemagne nazie en plein coeur..."


Fury, même si c'est loin d'être le premier film parlant de la Seconde Guerre, nous montre pourtant un aperçu différent de ce carnage que fut la libération de l'Allemagne par les Américains. 

Rappelons qu'en cette année 45, Hitler, désespéré de constater qu'il va perdre la guerre, ordonne à tout être humain capable de tenir une arme de ne pas se livrer. Femmes, enfants, infirmes, tous doivent répondre à l'appel sous peine d'être condamné à mort en cas de refus. Armés d'une puissance de feu dépassant de loin leurs ennemis, les Allemands portent un dernier coup qu'ils espèrent mortel à l'ennemi du troisième Reich.


Les Américains, de leur côté, font faces à un carnage qui dépasse de loin toute leur imagination. Et c'est dans ce contexte que l'on rencontre cette petite équipe dirigée par le sergent Wardaddy (Brad Pitt), à bord de leur tank dans cette Allemagne en déroute.

On découvre alors une "famille" de soldats soudée dans ce chaos, qui tente désespéramment de s'en sortir et s'étonne encore d'être en vie. Les acteurs sont tellement convaincants (rappelons que le réalisateur les a forcés à revivre pleinement ensemble les conditions terribles de cette époque ), que l'on ne peut que se plonger dans ce film à la violence parfois "choquante", mais pourtant tellement réaliste. Ces soldats tentent de garder la tête haute et un oeil détaché sur cette guerre, même si elle leur a causé autant de ravages physiquement que mentalement. Et dans cette équipe déjà désillusionnée qu'arrive Norman (Logan Lerman, stupéfiant dans son interprétation), un jeune soldat qui ne connaît rien des batailles. Incapable de tuer le moindre être humains au tout début, il devra néanmoins se salir les mains pour rester en vie...

Avec intelligence, le film nous montre comment l'Homme peut changer lorsque sa vie est menacée. J'ai beaucoup apprécié ces différentes personnalités : Brad Pitt en soldat fatigué, Shia LaBoeuf qui garde la foi au point d'être surnommé "La Bible", Jon Bernthal en grosse brute parfois un peu répugnante mais non insensible et Michael Pena, le mexicain amis de tous qui soude l'équipe. Logan Lerman devient le petit nouveau encore innocent, mais pas pour longtemps. Sans oublier le tank, cette "maison" où ils font, comme ils se disent pour se réconforter,"le meilleur travail au monde". Cette machine de guerre devient presque une personne à part entière, celle qui les protège devant la menace allemande. 

David Ayer nous fait vivre cette guerre comme jamais. On tressaille pour ces soldats, ou on enrage aussi que la cruauté environnante les rendent parfois insensibles. Je pense notamment aux scènes ou l'équipe du sergent profite un peu de l'hospitalité des allemandes... Fury nous livre un portait honnête de cette Seconde Guerre Mondiale. Personne n'était innocent, pas même les alliés de l'Europe. Il y a presque une étude de la nature humaine, ce qui rend ce film unique en son genre. Certains pourraient lui reprocher de donner un aperçu parfois pas très flatteur de l'armée Amércaine, mais je crois au contraire que cela est nécessaire.

La fin nous laisse bien triste, évidemment ! Mais je n'en dirais pas plus !

Les effets spéciaux sont hautement convaincants et la violence de certaines scènes ne laissent pas indifférents. Fury est un film unique dans son genre, incarnant le dernier coup de grâce envers l'Allemagne nazie. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire