-->

samedi 9 janvier 2016

WILD CARDS : ATTIRANCE ET INDÉCISION tome 2

WILD CARDS : ATTIRANCE ET INDÉCISION - SIMONE ELKELES - NOTE : 2/5

Edition : La Martinière J. Fiction
Romance, Jeunesse

« Provocateur et indiscipliné, Victor est un jeune Latino au sang chaud. Il ne doit sa place au lycée qu’à ses prodigieux talent sportifs. Monika, elle, est une jeune fille de bonne famille que tout destine à une brillante carrière et une vie rangée.
Ce qui les rapproche ?
Leurs sentiments et une attirance profonde.
Ce qui les éloigne ?
Tout le reste : les conventions, leurs familles, leurs projets…
Et Trey, le petit copain de Monika, qui est aussi le meilleur ami de Victor… »

Comme je viens de l’apprendre, il se trouve que ce roman est une sorte de tome deux, où l’auteure décrit le même passage au lycée de ses personnages mais en choisissant un point de vue à chaque fois différent. On retrouve donc la même bande de lycéens et leurs vies amoureuses « mouvementées ». Étant en train de lire le premier tome, je l’espère bien meilleur que cette suite !


Trop de clichés avec ces personnages, Simone Elkeles nous livre toujours les mêmes personnalités.
Une fille douce, de bonne famille, malade ou estropiée, qui se trouve au centre d’un dilemme amoureux : un garçon célèbre au lycée, sportif, premier de la classe et un bad-boy, le pestiféré sexy qui agit sans réfléchir et se moque bien de l’avis des autres. S’ajoute à ce triangle amoureux une bande d’amis effacée, avec une indéfectible garce, hyper canon mais sans neurones, qui vient compliquer (un peu) la situation. N’oublions pas non plus la famille aimante ou au contraire, les parents absents, et voilà pour la base qui fait les romans de cette auteure. Mais je vais quand même prendre le temps d’expliquer pourquoi cette fois-ci, l’inspiration de Simone Elkeles n’a pas été au rendez-vous.

Le personnage principal, Monika, est si prévisible que cela en devient ennuyant. Elle sort avec Trey, le garçon modèle, mais qui la trompe et se drogue. Du moins, elle s’en doute (c’est tellement évident) sans pour autant le quitter. Elle est trop gentille pour se débarrasser de lui, alors qu’il stresse beaucoup ces derniers temps !  On comprend surtout qu’il fallait bien compliquer la tâche à Victor, le raté sexy et meilleur ami de Trey, pour que Monika et lui ne se tombent pas dans les bras trop vite !
Parlons justement des sentiments de Monika envers Victor, qui semblent tomber comme un cheveu au milieu de la soupe ! Elle aime Trey les premières pages du livre, doute ensuite de lui et réalise aussitôt que Victor, le délinquant, est intéressant et terriblement beau ! Mais aussi déprimant…

La manie qu’à Victor de s’autocritiquer en s’insultant lui-même de connard est si peu naturelle ! Et il le répète vraiment trop de fois.  Il prétend même n’en avoir rien à faire de son image, mais se lamente souvent de sa mauvaise réputation… Trop de contradictions ! Bref, un faux martyr que Monika va vite prendre en pitié. Et ses veines qui gonflent à chaque fois qu'il s'énerve, ça, on l'a bien compris à force de le répéter !

Le pire arrive quand Trey meurt, Victor croyant l’avoir tué à cause d’un mauvais plaquage pendant leur entraînement. Remords, déprime, gueule de bois et dialogues se limitant à « je l’ai tué, j’aurais dû mourir à sa place, je suis qu’un connard… ». Et évidemment, Monika, qui souhaite le réconforter ne lui avoue pas que Trey est mort à cause d’une overdose et non du coup de Victor. Elle préfère garder le silence et laisser le garçon qu’elle aime culpabiliser pour rien, ça rajoute quelques pages larmoyantes.

Que de culpabilité durant beaucoup de chapitres ! Monika cherche pourtant à soulager sa peine dans les bras de Victor et c’est donc avec une certaine perplexité que j’ai constaté que l’auteure ne savait pas  quoi faire de ses personnages. « Je t’aime, moi non plus », semble être le meilleur résumé pour ce roman. Rappelons que Victor et Monika couchent ensemble (scène assez surprenante, puisque leur relation amicale-amoureuse est quasi inexistante, je les ai imaginé mal s’envoyer en l’air aussi vite), et que l’after est bien surprenant ! Victor clôt la soirée dans un « coup d’un soir » et envoie bouler Monika sous prétexte que c’est bien pas ce qu’ils viennent de faire. Rajoutons encore un peu de remords, il n’y en avait pas assez !


Bref, la fin, rapide, se termine en happy end et bonnes résolutions… Attirance et Indécision, ça, on l’aura bien saisi. 

4 commentaires:

  1. Ah bah dit donc...
    Donc en faite le soucis c'est les personnages... c'est vrai qu'à ce niveau-là c'est problèmatique... Je crois que j'aurais pas tenu longtemps je l'aurais vite laché moi...
    Perso j'aime pas les triangles amoureux parce que tu as toujours le même schéma, une fille un peu cruche ou pas très maline un garçon bad boy et un autre qui essaye de se faire bien voir.

    et si en plus ça se fini en happy end c'est le bouquet... bon bah écoute je passerais ma route pour celui là et j'espère que 2016 t'apportera de meilleurs livres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu envie de le lâcher, c'est clair !

      J'avoue qu'on tombe vite dans ce cliché avec les triangles amoureux, c'est pour ça que j'évite moi-même d'en écrire !

      Oui, j'en lis un, un polar médiéval qui pourrait peut-être te plaire d'ailleurs ! :D

      Supprimer
  2. Respect pour l'avoir lu jusqu'au bout !
    Ce que tu décris ne me donne vraiment pas envie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un vrai challenge ! xD

      Après, c'est vrai que chacun à son avis, mais il a quand même reçu une critique assez mitigée par bon nombre de lecteurs...

      Supprimer