-->

mercredi 30 décembre 2015

Only Lovers Left Alive

ONLY LOVERS LEFT ALIVE - Réal : JIM JARMUSH - NOTE : 3,5/5


"Dans les villes romantiques et désolées que son Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu'ont prise les activités humaines, retrouve Ève, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d'amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l'arrivée de la petite soeur d’Ève, aussi extravagante qu'incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s'effondre autour d'eux ?"


Adam et Ève sont des vampires. Un vampire déprimé pour Adam en manque d'inspiration à cause de la déchéance du monde, une Ève albinos, sensuelle et lasse, qui suit pourtant son amant partout dans ses moments de détresse. Mais leur amour va être encore plus troublé par l'arrivée de la petite sœur d’Ève, un vampire dépravée qui n'hésite pas à s'amuser sans prendre en compte les risques.


Jim Jarmush nous livre un film mystique, avec des décors chaotiques (Denver en ville obscure, aux ruelles délabrées), des personnages qui combattent l'ennui, leur amour devenant aussi froid que leur peau lisse, tout ça accompagné d'une belle bande-son... Belle, mais pas au niveau que je le croyais. Au contraire, il y a de nombreux moments de silence, ce qui est assez troublant quand on nous promettait une B.O présente et en accord avec le film.

Un calme tendu s'installe progressivement, l'alchimie du couple étant à la fois magnifique et mélancolique, comme deux vieux à la beauté figée qui n'auraient plus rien à se raconter pour se surprendre. 

La froideur ambiante du film peut déplaire à plusieurs, même si je la trouve adaptée à de telles créatures. Ceux qui recherchent de l'action, des vampires qui crânent, et du sang, peuvent de suite abandonner l'idée de voir Only Lovers Left Alive. Le scénariste aborde plutôt la question d'éternité, de lassitude. Certes, j'ai trouvé quand même que quelques scènes étaient longues, qu'elles alourdissaient déjà la paresse du film. Les dialogues sont assez restreints, j'aurais préféré un peu plus d'explications sur le passé, qu'ils parlent en détails des événements qui les ont amenés à être dégoûtés de l'être humain, leur source de vie, pourtant.

Les scènes où ils goûtent au sang rappellent les hippies en extase avec leur LSD, ce qui est intéressant à voir, dans le mesure où se nourir semble être leur dernière source de plaisir. L'éternité perdrait-elle de sa valeur une fois que la mort n'est plus une menace ? Ce film tente d'y répondre.

Tom Hiddleston et Tilda Swinton forment  un couple sexy, qui traversent les nuits au travers des années, en oubliant de "vivre" dans le présent. Perdent-ils vraiment quelque chose ? Ou n'ont-ils rien à envier à nos jours ? 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire