-->

lundi 5 octobre 2015

Maggie

MAGGIE - Réal : HENRY HOBSON - NOTE : 2/5


"Alors qu'une terrible pandémie se propage à travers les Etats-Unis, le gouvernement impose de placer les malades infectés par le virus en quarantaine, où ils se transforment en zombies, totalement retranchés du monde. Lorsque Maggie, 16 ans, apprend qu'elle a été contaminée, elle s'enfuit. Mais son père, Wade Vogel, est déterminé à la retrouver et à la protéger coût que coûte, même s'il lui faut affronter les forces de police..."


Que les amateurs de films de zombis s'abstiennent, ce film n'est pas fait pour vous. Il n'y a pas d'action du tout. D'ailleurs, je me demande bien dans quelle catégorie il se classe ? 

Maggie ne se centre en aucun cas sur un monde apocalyptique, plongé dans le chaos par une maladie qui transforme les êtres humains en morts-vivants. En réalité, ce virus, lequel provoque une nécrose avancée du corps, n'est qu'un prétexte pour montrer les relations entre un père et sa fille. Découvrir les sentiments qui sont en jeux quand une personne est infectée et que les proches ne savent comment réagir. Cela aurait pu marcher si les acteurs s'étaient montrés plus convaincants. 


L'actrice qui interprète Maggie s'avère plutôt platonique, on ne s'attend pas à plus que de la peur et quelques grognements annonciateurs de "zombification" de sa part. Quand à Scharwzy, son visage impassible perd en crédibilité au fur et à mesure du film. 

Un ennui s'installe dès les premières trente minutes, on peine à vouloir découvrir comment cette histoire va finir. Et bien, sans surprise. Certes, je ne m'attendais pas à un happy end mais, déjà que le film tombait dans une banalité lassante, ce final aura fini de me décevoir.

La seule chose que j'ai apprécié, c'est l'aspect visuel, avec ce gris qui assombrit constamment l'image. Un gris qui rappelle la maladie, la peau de Maggie qui pourrit. Esthétiquement, surtout lors de la scène de levé du soleil qui fait contraste, c'est plutôt beau à voir. Mais ce sera tout.

Maggie est un film sans grand intérêt. 

1 commentaire: