-->

lundi 7 septembre 2015

Dieu me Déteste

DIEU ME DÉTESTE - HOLLIS SEAMON - NOTE : 4/5


Editions La Belle Colère

 Jeunesse


"New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu'il ne fêtera pas ses dix-neufs ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d'embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302... Contre la montre, le corps médical et sa famille, ce Roméo casse-cou décide de flamber ses derniers rêves. Jusqu'à jouer son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort... "

Le sujet que traite ce livre n’ayant rien de drôle, je me demandais comment cette histoire allait être abordée sans tomber dans un drame larmoyant. La clé : c’est Richie, alias Richard, un adolescent cancéreux qui terminera probablement ses derniers jours aux soins palliatifs.


Le jeune homme espère pourtant fêter son dix-huitième anniversaire et, pour cela, il ne se laisse pas décourager par sa situation, ou la douleur. En effet, entouré de personnes condamnées et lui-même souffrant de douleurs qui l’empêche même de manger, il est assez difficile pour lui de ne pas tomber dans la dépression la plus profonde. Mais Richard a des objectifs : il veut vivre ses prochains jours comme un adolescent normal, que sa mère ou les infirmiers lui donne sa liberté et, surtout, séduire Sylvie. Sylvie, une jeune fille de quinze ans d’une famille riche que Richard n’aurait jamais rencontrée si la maladie ne les avait pas réunis dans cet hôpital. La vie semble lui réserver quelques moments de bonheur, dans son malheur. Malheur qu’il appelle DMD : Dieu Me Déteste. Vous l’aurez compris, l’humour cynique est présent dès le début, ce qui ne peut que nous séduire.

L’auteure définit avec beaucoup de profondeur ses personnages et leur environnement. Le monde médical y est décris de manière simple, nous donnant un aperçu déjà bien impressionnant de ce qui se passe aux soins palliatifs.

 On découvre peu à peu que Richard sait ajouter de l’animation dans cette partie de l’hôpital la plus triste et ainsi, on prend alors conscience que les enfants malades sont loin d’être amorphes et abattus. Cela nous donne un autre aperçu plus… combatif, je dirais, des patients. Accepter ou se battre contre la maladie ? Richard réussit à faire les deux, à sa manière. Son univers est un peu déjanté, avec des personnages parfois hilarants, ou vraiment cinglés (comme l’est un peu Sylvie), redonnant couleur et joie au jeune homme.

Beaucoup d’émotions sont au rendez-vous : le soutien de sa famille, la difficulté à ne pas perdre espoir, ou bien à se résigner, prendre conscience qu’à cet âge-là, être condamné vous prive de choses bonnes, ou mauvaises. Vieillesse, jeunesse, amour, haine, tout y est confronté et cet avec un intérêt grandissant que l’on tourne les pages. L’humour rythme toute l’histoire, surtout lorsque Richard découvre les joies de la sexualité. Certains pourraient reprocher que ce soit un peu trop aborder, pour ma part, je trouve que l’auteure décrit tout ça avec justesse. Richard est un ado, qui parle comme un ado, réagit comme un ado, et a envie de le faire, comme un ado. Et lorsque Sylvie lui propose de lui ôter sa virginité, histoire d’avoir vécu au moins ça, pourquoi refuserait-il ? Il s’aperçoit même qu’il l’aime, cette petite rebellée excitée. De l’amour pour contrer la mort, n’est-ce pas une force pour garder espoir ?


Ce livre restera pour moi une réussite ! Hollis Seamon a une écriture très fluide, adaptée à l’âge de son personnage et on ne perd jamais l’envie de poursuivre notre lecture. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire