-->

mercredi 26 août 2015

Terminator Genisys

TERMINATOR GENISYS - Réal : ALAN TAYLOR - NOTE : 2/5


"Le leader de la résistance John Connor envoie le sergent Kyle Reese dans le passé pour protéger sa mère, Sarah Connor et préserver l'avenir de l'humanité. Des événements inattendus provoquent une fracture temporelle et Sarah et Kyle se retrouvent dans une nouvelle version du passé. Ils y découvrent un allié inattendu : le Guardian. Ensemble, ils doivent faire face à un nouvel ennemi. La menace a changé de visage."


Fan de Terminator, j'avais beaucoup apprécié le dernier film avec Christian Bale, qui incarnait à merveille John Connor. Mais est-ce le cas de Jason Clarke ? Hélas, non. J'ai eu l'impression d'avoir une version bureaucrate du célèbre rebelle en guerre contre Skynet.

Pour commencer, le scénario de ce nouvel opus est compliqué et ce, inutilement. Certes, on a l'habitude avec cette saga d'avoir à faire à une histoire complexe et beaucoup de retours ou de bons dans le passé. Mais à ce point ! Il semblerait que le réalisateur est voulu rappelé les quatre films précédent en un seul, allez donc chercher une logique là-dedans... Ou bien était-ce pour cacher un scénario sans grandes idées ? 

Pour les acteurs, aucun ne possède le charisme des prédécesseurs, la jeune Sarah Connor ne séduit et ne convainc pas, tout comme Kyle Reese. Seul ce brave Arnold Schwarzenegger rehausse la barre dans ce film, dont la scène du sourire (ceux qui l'ont vu comprendrons), m'a fait rire. Un petit moment d'humour bienvenu dans cette avalanche d'effets spéciaux.

On pourra au moins confirmer sa catégorie de blockbuster, car il divertit dès l'instant où l'on ne cherche plus à donner un sens à ce qui défile à l'écran. Terminator Genisys était surtout l'occasion de s'assurer un peu de succès en attirant du monde par son titre (c'est Terminator, quand même ! Comment Cameron a-t-il pu apprécié ? On l'a forcé ?), et en promettant des scènes d'actions à répétitions.

Je dirais donc que ce dernier film n'est pas digne de porter le nom de "suite". On pourra le classer dans les reboots ratés destinés à nous occuper l'été. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire