-->

vendredi 5 juin 2015

Divergente Tome 3

DIVERGENTE - TOME 3 - VERONICA ROTH - NOTE : 3/5


Edition Nathan

Dystopie


"Le règne des Factions a laissé place à une nouvelle dictature. Tris et ses amis refusent de s'y soumettre. Ils doivent s'enfuir. Mais que trouveront-ils au-delà de la clôture ? Et si tout n'était que mensonge ? "

Toujours ces minis résumés, pas vraiment accrocheurs mais en connaissant l'histoire, ça nous suffira.

Comme d'habitude, la plume de l'auteure est très simple, même si des fois j'ai douté de la traduction... Par contre, je n'ai pas trop apprécié ce changement de narrateur. Certes, cela peut s'expliquer par la fin mais j'aurais quand même aimé que Tris soit la seule narratrice. Parfois l'écriture peut paraître un peu répétitive, ou lourde quand on s'attarde trop sur certains passages relativement peu intéressants. 

Je reprocherai toujours les longueurs dédiées aux réflexions interminables de Tris, ainsi que de Tobias (moi qui pensait que les hommes allaient toujours droit au but), surtout au beau milieu de l'histoire où on s'entend à de l'action...

Mais revenons sur le principal de l'histoire : 

Après la prise au pouvoir d’Evelyn, mère de Tobias, les problèmes sont loin d’être réglés. La mort de Jeannine semble avoir laissé place à une autre dictature, dirigée par Evelyn, donnant plein pouvoir aux sans-factions. Terminés les factions, chacun aura droit à sa part de travail. Ce nouveau régime aurait pu peut-être convenir s’il n’y avait pas eu ce message d’Edith Prior.

Cet enregistrement vidéo semant le chaos depuis son existence, la question est maintenant de savoir qu’est-ce qu’ils vont faire ? Rester dans leur ville, et donc dans l’ignorance ? Ou partir découvrir le monde au-delà de la Clôture ?

Finalement, on découvre qu’Evelyn ressemble parfois à Jeannine, qui préférait cacher ce message pour conserver son autorité et surtout, nier l’importance des Divergents. Car si pendant des années on les a considérés comme des parias, il semblerait que ce soit les gens rattachés à une seule faction qui soit anormaux…

J’ai aimé la vision futuriste de l’auteure. On découvre que le monde a sombré dans l’anarchie à cause de manipulation génétique destinée à corriger les réactions néfastes de l’être humain. Mais à vouloir rendre l’Homme parfait, ils ont crées des êtres insensibles, brutaux, égocentriques : les Factions. Les Divergents seraient donc le fruit de plusieurs générations génétiquement saines, des humains de base, comme on les connaissait avant la manipulation. C’est donc l’affrontement entre la génération soi-disant pure et l’autre déficiente.

J’ai apprécié cette analyse de la nature humaine, que l’on ne peut naître parfait mais devenir quelqu’un de bien par ses actes : tout ne se réduit pas à des gènes.

Cependant, ça ne restera pas mon tome préféré ! Le tome 1 sera sans doute le plus plausible, je dirais. J'ai souvent sauté plusieurs paragraphes, trouvant le milieu du livre mortellement ennuyant. L'action y est beaucoup moins présente, on regrettera aussi une histoire un peu convenue, un "réchauffé" des tomes précédents. 

Et le pire restera la mort de Tris ! Moi qui pensais la détester, je me suis surprise à beaucoup regretter sa mort. Je la trouve injustifiée et mal écrite. Adieu Tris, tu t'es bien battue, mais une fin tragique changerait des happy end qu'on a l'habitude de lire, alors faut que t'y passes... Non sérieusement, si elle n'était pas morte ainsi, si l'histoire n'avait pas été aussi simpliste, si... si... ce livre n'était pas adaptée pour une fin tragique. Franchement, ça m'a plus étonnée qu'attristée. 

Dernier petit détail frustrant... Dommage que Tris et Tobias ne l'aient pas fait. D'accord, ce n'est pas le plus important, mais je trouvais toujours trop abrupte les coupures que faisait l'auteur lorsque la tension entre eux devenait de plus en plus... torride. On aurait pu comprendre que, vu la situation et le risque de mourir très vite, ils auraient sauté le pas. Attention, je ne dis pas de décrire toute la scène dans les détails, juste nous faire comprendre qu'ils l'avaient fait. Cela aurait été logique.

Pour finir, je garderais une bonne impression de la saga Divergente mais sans plus. Et j'aurais enfin pu me faire une opinion de ce "succès" dont parlait tout le monde. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire