-->

dimanche 24 mai 2015

World War Z

WORLD WAR Z - MAX BROOKS - 2/5

Edition : Le Livre de Poche
Horreur, Science-Fiction 


"La guerre des zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité.
L’auteur, en mission pour l’ONU (ou ce qu’il en reste) et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyage dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence (de la survivance) humaine au cours de ces années maudites."

Déjà, je m’interroge sur ce lien entre le film et ce livre… Mais j’en parlerais pour la critique du film.

Si les critiques sont plutôt (ou très) positives pour ce roman, la mienne sera négative. Ce livre est vraiment horrible à lire ! Cette retranscription de témoignages en une sorte de journal de bord m’a donné l’impression qu’il n’y avait aucune histoire. Au début, j’ai trouvé ça sympa, puis on perd vite le thème principal des zombies dans certaines interviews, on s’ennuie littéralement sur certains détails qui ne semblent pas, à mes yeux, primordiaux pour le lecteur. C’est peut-être technique, mais c’est aussi d’un ennui mortel. Ou bien est-ce moi qui n’apprécie pas les récits dans le genre documentaire fictif, en tout les cas, il restera dans les plus longs et pénibles à finir. 


L’action n’y est pas vraiment présente, vu que l’histoire se déroule dans une ambiance post-apocalyptique et que tout est raconté dans un… passé dans le passé, si on peut dire. Il reste certes encore des endroits, océans et autres lieux durent d’accès à nettoyer de la vermine zombies et, c’est d’ailleurs sur ça que j’avais escompté trouver l’angoisse si particulière des livres de morts-vivants. Hélas, déception totale.

 On change souvent de pays, de personnes, beaucoup de politique, de plans, ect. D’accord, il est clair que comme dans toutes catastrophes, chacun verra ses intérêts, et la stratégie sera au centre de toutes manœuvres que cela soit pour aider l’humanité ou à des fins plus personnelles (égoïstes). Cependant, ce point-là est bien trop présent dans le livre.

J’ai bien apprécié le coup des zombies congelés dans la neige éternelle, ou ceux qui continuent de dériver  dans les océans, un chouya d’angoisse qui sauve et me donne envie de mettre deux points.

Rien de plus à ajouter, si ce n’est que le film tiré de ce roman a peut-être bien fait de ne pas s’en inspirer totalement… ou pas du tout. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire