-->

dimanche 17 mai 2015

Maléfique : l’héroïne inattendue de blockbuster

MALEFIQUE - Real. ROBERT STROMBERG- NOTE : 3,5 /5


Surprise

De toutes les méchantes de Disney, Maléfique était sûrement celle dont on imaginait le moins en gentille !

Le dessin-animé nous livrait là une méchante assez caricaturale mais non dénuée d'humour qui nous changeait de la belle-mère de Cendrillon. Sorcière dotée de cornes, la malfaisante Maléfique se vengeait du roi et de la reine qui ne l'avaient pas invitée au baptême de leur fille Aurore. L'histoire de la bonne vieille quenouille et du profond sommeil de cent ans...

Mais si ce personnage sombre et machiavélique était amené à ne faire partie que de la liste des vilains de Disney, ce film modifie toute son histoire. Le personnage centrale d'Aurore passe donc au second plan et Maléfique, fée gracieuse trahie honteusement par son amour, Philippe, nous inspire plutôt compassion que mépris.


Vision moderne

Sous les traits d'Angelina Jolie, Maléfique, jeune fille devenue faible par amour, perd ses ailes de fée. Philippe son premier amour, décide de les lui ôter pour prouver sa loyauté au roi et ainsi garantir sa succession au trône. Haineuse et triste, la jeune Maléfique se construit donc une forteresse pour protéger tout son monde féerique de la traîtrise des hommes. Les années s'écoulent, Philippe étant couronné, puis la reine lui donne une héritière ; occasion en or pour Maléfique d'assouvir sa vengeance en maudissant Aurore dès son berceau. Pourtant, la Fée se prend vite d'amitié pour la jeune enfant, n'hésitant pas à la protéger lors de son séjour dans la forêt avec les trois petites fées en charge d'elle. C'est là qu'intervient tout le changement.

Les trois bonnes fées sont tout simplement ridiculisées dans cette nouvelle adaptation, Disney se moquant de son interprétation dans l'animé. Ici, Maléfique est celle qui sauve l'enfant, l'éduque, lui fait découvrir petit à petit à quel point le monde féerique est tout aussi beau que fragile. Comme une marraine, elle prend sa place dans la vie d'Aurore et décide même, éprouvant un amour presque maternelle pour l'adolescente, de briser le sort. Hélas, ce dernier ne peut être retiré. C'est alors une course contre la montre pour sauver celle qui sans le savoir a permis à Maléfique de reprendre goût à la vie, réchauffant son cœur froid de fée mutilée. Le fameux baiser final ne provient même pas d'un prince, mais de Maléfique elle-même !
Que de changements qui garantissent la sympathie du spectateur pour le rôle d'Angelina Jolie.



Esthétiquement Maléfique  

Le look de cette grande méchante nous en donne également plein la vue ! Son costume sombre, gracieux et féerique était taillé pour Angelina Jolie, qui le porte à merveille. Et les décors sont un vrai... enchantement ! Esthétiquement, Disney a créé un univers lyrique, où toutes sortes de créatures imaginaires s'y réunissent en un paysage magique. Enfants comme grands seront s'en émerveiller. Les scènes de combats, bien menés et  rythmés (notamment les arbres qui se déplacent, à la façon des Ents dans Le Seigneur des Anneaux) finissent de nous convaincre de la valeur de ce film.

Univers enchanteur et regorgeant d'idées, cette nouvelle adaptation aura su nous séduire !

 Mon dessin :)



2 commentaires:

  1. J'ai bien aimé cette ré-interprétation du conte, Angelina est parfaite <3 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, elle était taillée pour ce rôle !

      Supprimer