-->

dimanche 31 mai 2015

DRACULA UNTOLD

DRACULA UNTOLD - Réal : GARY SHORE - NOTE : 3,5/5

"En 1462, est une terre de paix sous le règne du prince Vlad III et son épouse bien-aimée Mirena. Cependant, une guerre turque et un pacte avec un abject démon s’apprêtent à changer la vie de Vlad pour toujours."

Dracula, le vampire de Bram Stocker qui traverse les années en de multiples adaptations. Après le film érotique et horrifique de Francis Ford Coppola,  la comédie de Mel Brooks et autres, Luke Evans interprète à son tour le célèbre suceur de sang.

Ici, point de suicide ou de romance tragique (enfin pas complètement), mais une guerre sous-jacente avec les Turques. Forcés de donner 1000 jeunes garçons en âge de tenir une épée aux Turques, Vlad s’y refuse lorsque son fils doit aussi être offert. Tuant une troupe de Turques pour défendre son enfant, la guerre est malheureusement déclarée. Hélas le chef de ses ennemis, un ancien ami, possède une grande armée et sans une quelconque aide, Vlad, désespéré, doute de leur victoire.  C’est alors que se présente l’occasion pour lui de faire un pacte avec une vile créature retenue prisonnière dans une grotte putride : un vampire. Celui-ci accepte de l’aider à une condition : Vlad possédera la force d’un vampire pendant trois jours, néanmoins, il demeura humain au-delà de cette période s’il résiste à l’appel du sang . Mais s’il venait qu’à céder à la tentation, le point de non retour sera dépasser et le jeune prince demeura un vampire pour l’éternité ; une créature dangereuse, assoiffée, qui ne fera plus la différence entre ses proches et ses ennemis… Et lui servira de pion lorsqu’il en aura besoin.

Pour être franche, à en juger la longueur (seulement 1h28), je doutais beaucoup de ce film. Certes le scénario n’est pas bien complexe, mais en si peu de temps cela me semblait impossible que cette nouvelle adaptation cinématographique plaise. Pourtant, j’avoue m’être complètement trompée !

Luke Evans tient là un rôle principal et le maîtrise à merveille. Cette fois-ci, Dracula n’est pas que le monstre sanguinaire, plutôt un prince torturé entre protéger sa famille et ne pas céder à ses vieilles manies. Rappelons qu’à l’origine, le personnage de Dracula se base sur le célèbre Vlad l’Empaleur, un homme qui se satisfaisait… bah d’empaler ses victimes, comme son nom l’indique.

Luke Evans - Dracula
Le Vlad du film n’est pas aussi sadique, bien qu’il avoue n’avoir jamais ressenti aucune émotion en tuant tout ses Turques de façon si violente. Une part déjà d’ombre qui va s’assombrir à cause du sang de vampire. J’ai vraiment apprécié sa personnalité juste, son désir de faire tout ce qui sera nécessaire pour sauver ses proches, et son manque de compassion, son indifférence face aux massacres. Seule sa femme et son enfant ont de l’importance à ses yeux et, comme on pouvait s’y attendre, la perte de Mirena sera sa perte…

Les effets spéciaux sont vraiment bien faits, notamment lorsqu’il alterne entre son apparence humaine et son pouvoir, qui lui permet de se transformer en nuée de chauves-souris. Un soupçon de violence et de sang, mais pas en excès, bien agréable. J’ai beaucoup aimé l’effet de la caméra, nous donnant un univers sombre, des paysages tout en ténèbres ou lumière.

Et en prime, petite dédicace à la fin à l’histoire de Bram Stocker : Vlad, éternel, continue d’errer à notre époque et soudain, rencontre une jeune femme aussi belle que son épouse décédée, son sosie prénommée… Mina. 

Sarah Gadon - Mirena

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire