-->

vendredi 29 mai 2015

Divergente Tome 2

DIVERGENTE TOME 2 - VERONICA ROTH - NOTE : 2/5

Edition Nathan
Dystopie

"Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elles les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs. Tris est rongé par le chagrin et la culpabilité. Mais elle est Divergente. Plus que tout autre. Elle doit choisir son camp. Et se battre pour sauver ce qui peut encore l’être. "

L’écriture est toujours agréable à lire, quoiqu’un peu… hachée, si j’ose dire, à cause des phrases courtes.
Pour l’histoire en elle-même, je ne vais pas me répéter, ce n’est pas la plus originale mais cela titille suffisamment notre curiosité pour qu’on veuille savoir la suite.
Mais ! (oui il faut toujours un mais), ce qui m’a particulièrement ennuyé, ce sont les multiples changements d’attitude de Tris.

Déjà qu’à la base, les péripéties de la jeune femme et ses amis ne nous surprennent pas vraiment, on voit vite venir certaines choses, les penchants faussement suicidaires de cette dernière alourdissent la lecture. Elle s’incrimine trop, assume toutes les erreurs, se jette dans la gueule du loup en mode « sacrifice » avant de réaliser qu’elle veut vivre… Son soi-disant acte héroïque est lâche, puisqu’à la différence de Quatre elle n’avait aucun plan, juste se livrer pour, quand on y réfléchit, donner encore plus d’informations à Jeannine et aux Érudits !  D’accord, c’était peut-être pour sauver les siens…

Enfin, tout le milieu du roman m’a fait rager. On se demande comment Quatre n’a pas l’impression de gérer une gamine déprimée et irresponsable. Certes, elle a des réactions humaines, mais pourquoi glorifier sa faction, la force des Audacieux, se comparer souvent à eux, pour faiblir si vite par moment… Une alternance de moments héroïques et désespérés pas très crédible. À mon avis, toutes les réflexions contradictoires de Tris ont surtout servi à rallonger le livre…

Je trouve toujours le personnage de Jeannine comme un méchant platonique, et lorsqu’elle meurt, on ne ressent même pas cette petite satisfaction, du genre « ah ! justice est faite, elle est morte enfin ! » Par contre, la trahison de Caleb, le frère de Tris, m’a scotchée !

Ainsi que la violence de certaines scènes ! Très réalistes je trouve, même un peu en décalage avec le genre générale du roman.

La fin m'a étonnée cela dit, et je commence à me faire une petite idée de ce qu'il y au-delà de la clôture. Plus qu'à lire le tome 3 et finale pour le découvrir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire