-->

dimanche 10 mai 2015

Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour

    
COMMENT J'AI CUISINE MON PERE, MA MERE, ET RETROUVE L'AMOUR -
S.G BROWNE - NOTE : 4/5




Editions Mirobole

Science-Fiction-Fantastique

ISBN : 2070455254

Prix : 16€

"Suite à un accident de voiture où il meurt, Andy se retrouve être un zombie. Il boit les grands crus de son père dans le cellier et assiste aux séances des Zombies anonymes. Un jour, d'autres zombies l'initient aux bienfaits d'une venaison de daim. Andy ose aimer Rita et va se battre pour les droits des zombies. L'histoire d'amour tourne au cauchemar. "






Histoire drôle et provocante, elle raconte comment un jeune père de famille, tué avec sa femme lors d’un accident de voiture, revient miraculeusement à la vie. Enfin, « miracle » n’est peut-être pas le mot adapté sachant que son existence consiste à fuir le reste de la population : Andy est devenu un zombi.

Condamné à squatter la cave de ses parents, le quotidien d’Andy est assez répétitif voire même dépressif : boire les bouteilles de vin de son père, aller aux réunions de soutien pour zombie une fois la nuit tombée, se faire insulter par les vivants et recevoir de temps à autres de la nourriture en pleine face. En effet, la population des morts-vivants n’étant pas un secret pour la société, ils n’en sont pas plus acceptés pour autant. Jusqu’à ce que l’amour revienne faire partie de sa vie…


Dès lors, l’auteur nous montre comment son personnage va reprendre confiance en lui, berner les humains, dévorer aussi ses parents et montrer aux humains que, ironiquement, les morts seront plus vivants que jamais…

La première chose qui m’a interpellé en tout premier, c’est le titre. Faut bien l’avouer, un tel nom pour un livre ça ne passe pas inaperçu ! Et l’originalité du titre égale celle de son histoire pour notre plus grand plaisir.

Ici, pas question de zombie incapable de parler ou de raisonner et, seulement guider par une envie de cervelle fraîche… Ou du moins, pas tout de suite. Mais même s’il s’avère qu’Andy et ses amis découvrent bien assez vite les atouts bénéfiques de la viande humaine, on en est à peine dégoûter, limite si on ne les félicite pas d’avoir trouver un remède à leur mal. Pourquoi ? Parce S.G Browne parvient à rendre ses personnages attachants et préférables aux humains encore en vie. Racistes, les vivants rejettent violemment les gens comme Andy, les traitent comme des déchets (les envoient même à la fourrière, si,si) et n’hésitent pas à les détruire ! Résultat : on souhaite à tout prix que ces pauvres zombies martyrisés retrouvent toutes leurs dignités et on dévore le livre à toute vitesse pour constater s’ils y parviennent ou non. Et alors ? Surprise...

En somme, ce livre m'a totalement séduite ! S.G Browne nous donne le point d’un vue d’un zombie et comme on pouvait s’y attendre avec cet auteur, c’est… mordant ! Analyse de notre société avec humour, personnages drôles et approfondis, une réussite ! Seule la fin nous fait regretter de nous être trop attachés à Andy et sa bande. 


Pour finir, en reprenant l’expression favorite de l’auteur: si vous n’avez pas encore lu ce livre, alors vous ne pouvez pas comprendre.





Votre Chroniqueuse :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire